top of page

Notre mosquée (n°2) : le Mihrab



« Le mihrab est la position la plus élevée et la plus honorable et la plus honorable » (Ibn al-Athir).

  

Le mihrab dans le Coran

 

Le mihrab est évoqué à quatre reprises dans le Coran, notamment à chaque fois que Zakaria entre dans cet espace dédié. Il se présente comme une structure propice à la quête spirituelle, où l’on trouve refuge pour une introspection profonde.

 

La sagesse du mihrab

 

Le mihrab bénéficie de plusieurs particularités.

 

Outre son rôle de guide indiquant la qibla, c’est-à-dire l’orientation vers La Mecque, pour la prière, il se révèle être un lieu associé à des moment clés, tels que la transmission du message à Zakaria comme il est indiqué dans le Coran : « Alors, Zakaria invoqua son Seigneur, et dit : Ô mon Seigneur, donne-moi venant de toi, une excellente descendance, car tu es celui qui entends bien l’invocation. Alors les anges l’appelèrent pendant que, debout, il priait dans le mihrab. » (sourate Al-Imran, versets 38 & 39).

 

Si l’on veut explorer le mihrab, on doit mettre en exergue son architecture, aux multiples fonctions. Le mihrab se distingue par un demi-cercle, surpassant une fois et demie la stature humaine.

 

Au sein d'une mosquée, il devient un outil d'optimisation de l’espace, permettant l'expansion des rangées de fidèles lors des prières collectives. Il offre à l'imam un espace dédié pour ses gestes liturgiques, évitant ainsi une empreinte excessive dans l'enceinte.

 

De manière ingénieuse, le mihrab amplifie la voix de l'imam : un ancien haut-parleur naturel qui résonnait dans la mosquée bien avant les innovations modernes.

 

En ces détails se révèle la fusion harmonieuse entre spiritualité et fonctionnalité, dans l'enceinte sacrée.

 

Le mihrab suscite l'attention de ceux dépourvus de perspicacité, apparaissant comme une potentielle hérésie à éviter plutôt qu'à approuver. Il faut donc insister sur le fait qu’il joue le rôle de repère pour la qibla, en empêchant ainsi toute confusion sur l'orientation de la mosquée. Sans lui, des individus non avertis pourraient pénétrer dans la mosquée à un moment où la qibla n'est pas évidente, risquant ainsi de perturber les prières des autres. C’est pourquoi les précurseurs ont instauré le mihrab comme une manifestation énergétique symbolisant la qibla, renforçant son rôle en tant que repère incontournable. Il n'est pas considéré comme un acte d'adoration en soi, mais comme une réponse à une nécessité.

 

Le mihrab de la Mosquée du Pophète à Médine

Le premier mihrab de l’Islam

 

Le premier mihrab dans l’histoire de l’islam était situé dans la maison du prophète Mohammed (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui), dans sa propre salle de prière.

 

Il a été rapporté que le mihrab d’Othman n’était ensuite qu’un signe dans le mur, car les historiens s’accordent à dire que le premier à introduire le mihrab creux dans la mosquée était Omar bin Abdul Aziz pendant son mandat sur Médine à l’époque du calife omeyade Al-Walid bin Abdul-Malik. Al-Samhoudi, dans son livre « Wafa al-Wafa bi Akhbar al-Mustafa », dit ainsi : « quand Omar bin Abdul Aziz est venu au mur de la qibla, il a appelé les sachants sage de Médine, Quraysh, des Ansar, des Arabes et des loyalistes, et il leur a dit : ‘Venez, apportez la structure de votre qiblah, ne dites pas que Omar à changé notre qibla. Il n’a pas fait enlever une pierre, sauf pour la mettre à sa place’. ».



Le mihrab de la Grande Mosquée de Paris

 

En 1922, avant le démarrage des travaux de construction, une cérémonie eu lieu, en présence d’éminentes personnalités françaises et du monde musulman, pour poser la première de la Grande Mosquée de Paris à l’emplacement du futur mihrab et, ce faisant, pour orienter sa salle de prière vers La Mecque.

 

Architecturalement parlant, le mihrab de la Grande Mosquée de Paris est élégant et significatif. Situé dans la salle de prière, il est richement orné, avec des détails géométriques et artistiques islamiques distinctifs. Il est traditionnellement utilisé par l’imam pour guider les prières et prononcer l’avant-prêche du vendredi.

 

De part et d’autre du mihrab, les expressions en langue arabe, sculptées dans le stuc, « La Grâce Universelle » et «  La Bénédiction Complète », incarnent la spiritualité apaisante de l’islam, soulignant ainsi la nature intrinsèquement pacifique de cette religion.

 

Le mihrab est également orné, en pourtour, de versets coraniques provenant de la sourate Al-Haj et de la sourate Al-Baqarah, ajoutant ainsi une touche sublime et spirituelle à son décor :

 

Sourate Al-Haj, versets 77 & 78

« Ô vous qui croyez ! Inclinez-vous, prosternez-vous, adorez votre Seigneur, et faites le bien. Peut-être réussirez-vous. »

« Luttez de toutes vos forces pour la cause d'Allah. C'est Lui qui vous a choisis, ne vous imposant aucune gêne dans l'exercice de votre religion, celle de votre ancêtre Abraham. »

 

Sourate Al-Baqarah, verset 144

« Certes nous te voyons tourner le visage en tous sens dans le ciel. Nous te faisons donc orienter vers une direction qui te plaît. Tourne donc ton visage vers la Mosquée sacrée. Où que vous soyez, tournez-y vos visages. Certes, ceux à qui le Livre a été donné savent bien que c'est la vérité venue de leur Seigneur. Et Dieu n'est pas inattentif à ce qu'ils font. ».



Cérémonie d'orientation de la future salle de prière de la Grande Mosquée de Paris en 1922

 

À LIRE :

Comments


bottom of page