top of page

Le billet du Recteur (n°11) - "L'essence profonde des religions dans une société laïque"



Dans l'histoire complexe des relations entre l'Islam et l'Occident, une dynamique d'échange s'est établie malgré les conflits politiques passés. Des chercheurs comme Joël Chandelier ont mis en lumière cette circulation d'idées, notamment dans des domaines tels que la philosophie, les mathématiques et la médecine. Ces échanges, souvent ignorés, témoignent de la capacité des sociétés humaines à transcender les frontières et à s'enrichir mutuellement. Des personnalités comme Gilles de Rome ou Ibn Khaldoun illustrent cette fécondité intellectuelle qui a caractérisé une longue période et qui vit toujours aujourd’hui. La rencontre entre l'Orient et l'Occident, célébrée par des auteurs comme Victor Hugo, enrichit notre compréhension de l'histoire collective et souligne l'importance de reconnaître ces influences pour une vision plus nuancée et plus vraie de notre héritage commun.


Dans les arcanes complexes de la société laïque française, les religions se présentent comme des piliers immuables, porteurs de valeurs intemporelles et de résonances profondes dans la communauté nationale, ancrées dans son histoire et son identité. Ainsi la religion musulmane porte en elle des aspirations spirituelles et des richesses culturelles souvent méconnues, voire sous-estimées, cependant qu’elle s’inscrit aux côtés des autres religions et qu’elle partage de nombreuses proximités avec les traditions abrahamiques du Judaïsme et du Christianisme.

Au cœur d’une trame sociologique complexe, les religions offrent un refuge, un havre de paix où l'individu trouve un écho à ses quêtes de sens, une réponse à ses interrogations existentielles. La France, jadis « Fille ainée de l’Église » et bastion de la foi chrétienne, a vu émerger en son sein une pluralité de croyances, tissant un canevas multiconfessionnel où chaque fil contribue à la richesse de l'ensemble. Cette diversité, loin d'être un obstacle, est le symbole même de la résilience de notre société face aux défis du temps présent.


La religion musulmane, dans sa pratique quotidienne, déploie une palette de valeurs éthiques et morales, favorisant des liens de solidarité, de compassion et de générosité. Les rituels comme la prière, le jeûne du Ramadan, la Zakat (l’aumône) et la lecture du Coran promeuvent la paix intérieure et le bien-être. Les mosquées et organisations musulmanes agissent comme des centres d'aide sociale et éducative, particulièrement pendant les périodes de crise comme le fut la pandémie de Covid-19. Les enseignements islamiques encouragent l'engagement social, la générosité et la justice en faveur d’une contribution positive à la société. En promouvant le dialogue interreligieux, l'islam encourage la compréhension mutuelle et la coexistence pacifique, tout en mettant l'accent sur la famille, la protection de l'environnement et la tolérance envers autrui.


Dans un monde en perpétuelle mutation, où les défis sociétaux sont nombreux, la religion musulmane réaffirme son attachement viscéral au bien commun. La notion de "khidma", ce service désintéressé pour autrui, devient le mantra qui guide les pas des croyants, les incitant à s'impliquer activement dans la vie de la cité, dans le respect des valeurs démocratiques et républicaines qui fondent notre vivre-ensemble.


Pourtant, au sein de cette symphonie religieuse, résonnent aussi les échos d'une laïcité ferme et éclairée. La France, gardienne vigilante de l'équilibre entre liberté individuelle et cohésion sociale, érige des digues légales pour préserver l'ordre public et garantir le respect des droits fondamentaux de chacun. Ainsi, dans ce dialogue constant entre la foi et la raison, entre la liberté de croire et le respect des lois, se dessine le visage d'une société laïque, ouverte et plurielle.


Au cœur de cette pluralité culturelle et religieuse qui anime aujourd’hui la France, une pléiade de figures éminentes contribue à son épanouissement, chacune dans son domaine. Je voudrais citer certaines d’entre elles. D’abord, des acteurs économiques tels que Hapsatou Sy, entrepreneure et figure de proue de la diversité en affaires, et Najat Vallaud-Belkacem, femme politique engagée pour l'égalité des chances, œuvrent pour une société plus inclusive et prospère.


Ensuite, des scientifiques comme Yasmina Belkaid, chercheuse de renommée internationale en immunologie, contribuent à l'avancement des connaissances et à l'excellence académique du pays à la tête de l’institut Pasteur. 


Dans le domaine littéraire, des auteurs tels que Faïza Guène et Nina Bouraoui offrent des récits captivants qui reflètent la complexité de l'expérience française contemporaine. 


Sur la scène de la mode, des créateurs comme Hedi Slimane et Azzedine Alaïa insufflent à l'industrie une créativité inégalée, façonnant ainsi le paysage culturel mondial.


Dans le domaine sportif, des personnalités telles que Karim Benzema, symbole de réussite dans le football, et Kate Abdo, éminente journaliste sportive, contribuent à promouvoir l'image dynamique et compétitive de la France sur la scène internationale.


Enfin, sur le plan politique, des figures comme Fadila Khattabi et Karima Delli œuvrent pour une société plus juste et égalitaire, contribuant ainsi à la construction d'une France où chacun peut trouver sa place. Yasmin Warsame, Imane Ayissi et d'autres personnalités, chacune dans leur domaine respectif, incarnent l'excellence et la diversité qui caractérisent la France contemporaine, prouvant que la richesse de ce pays réside dans la pluralité de ses talents et de ses voix. 


En puisant dans leurs valeurs et leurs histoires, ces personnalités façonnent un avenir où la France continue d'être un phare de progrès dans le monde entier.


Au-delà des frontières de la communauté musulmane, la religion devient un pont, un vecteur de dialogue interreligieux et interculturel. Dans une société plurielle comme la nôtre, elle ouvre des horizons de compréhension mutuelle, invitant chacun à dépasser ses préjugés pour embrasser la richesse de la diversité humaine. Ainsi, la religion musulmane devient un catalyseur de paix et de tolérance, érigeant des remparts contre les flots de l'intolérance et de la haine. 


Ces nobles idéaux de tolérance et d'harmonie sociale se trouvent parfois compromis par des discours de haine émanant de personnalités politiques ou intellectuelles, dont la mission sacrée aurait dû être de promouvoir la cohésion sociale et l'unité au sein de notre société. En désignant de manière simpliste et généralisée les membres de la communauté musulmane comme des agents de l'extrémisme, ces discours alimentent les braises des tensions sociales.


Des assertions telles que celles de Boualem Sansal, insinuant que l'islam fournit des outils d'une extraordinaire efficacité à l'extrémisme, ou les propos de Marion Maréchal Le Pen, déclarant que le mois sacré du ramadan est un indicateur de l'islamisation croissante de la société française, contribuent à stigmatiser des individus pour leur appartenance religieuse et une communauté de foi dans son ensemble, semant ainsi les graines de la division au cœur de notre pays.


À l'opposé de ces discours toxiques, il est impératif de reconnaître et de saluer ceux qui refusent de faire de l'islam et des musulmans un fonds de commerce. En mettant en avant les voix qui prônent le dialogue, la compréhension et le respect mutuel, comme celles du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui présente ses vœux à l'occasion du mois de Ramadan, ou celle de notre frère, prêtre du diocèse de Lyon, le Père Vincent Feroldi, qui adresse ses chaleureux vœux à la communauté musulmane, à l’instar des responsables protestants, nous faisons un pas significatif vers la promotion d'un vivre-ensemble harmonieux au sein de notre société plurielle.

Que dire du message fraternel de Sa Sainteté le Pape le 15 mars qui commence par ces mots : « Chers frères et   sœurs   musulmans  »,   pour  déclarer  : « unissons-nous pour éteindre les feux de la haine, de la violence et de la guerre, et allumons plutôt la délicate bougie de la paix en puisant dans les ressources de paix présentes dans nos riches traditions humaines et religieuses ».

Ces gestes, bien que simples en apparence, revêtent une importance capitale dans la construction d'un tissu social où la compréhension mutuelle et la cohabitation pacifique sont érigées en valeurs fondamentales. En reconnaissant et en célébrant les moments de partage et de spiritualité propres à chaque tradition religieuse, nous renforçons les liens qui nous unissent en tant qu'êtres humains, transcendant ainsi nos différences.


L'heure est venue de dépasser les stéréotypes, de regarder au-delà des apparences pour reconnaître la contribution essentielle de la religion musulmane à l'édification d'une société plus juste, plus solidaire et plus humaine. Dans ce kaléidoscope de croyances et de valeurs, chaque voix résonne dans un avenir commun, où la diversité est célébrée comme la plus belle des richesses.


À Paris, le 18 mars 2024


Chems-eddine Hafiz

Recteur de la Grande Mosquée de Paris



 




 

RETROUVEZ TOUS LES BILLETS DU RECTEUR SUR CETTE PAGE :



Comentarios


bottom of page