top of page

Notre mosquée (n°5) - Le Minaret



Un minaret constitue une tour élevée qui fait partie intégrante de l'architecture d'une mosquée. Expliquons son histoire et ses particularités.


Pour appeler à la prière


Le rôle premier du minaret est de signaler l'emplacement de la mosquée et de fournir au muezzin un point élevé depuis lequel il peut appeler les musulmans à la prière, cinq fois par jour.


En islam, le minaret occupe une place prépondérante, car les horaires de prière des musulmans dépendent des changements de lumière liés au lever et au coucher du soleil.


Il peut être difficile de mémoriser ces horaires au quotidien et de les respecter. C’est donc depuis le balcon de cette structure que le muezzin appelle et rappelle que l’heure de la prière est venue, clarifiant ainsi le moment opportun pour louer Allah.


Les équipements d’amplification sonore modernes ne rendent plus la fonction des minarets aussi cruciale, mais cette structure perdure pour préserver l’aspect traditionnel des mosquées.


Un élément architectural de taille


Dans le domaine de l’architecture, le terme revêt généralement sa signification la plus usuelle. Il est dérivé de l'arabe “manar”, signifiant littéralement “phare” ou “tour”.


Ainsi, lorsqu’il est question d’un bâtiment, le minaret se décrit comme une haute tour pourvue d’une plateforme en son sommet, d’où résonnent les appels à la prière du muezzin pour tous les fidèles.


Ces édifices, érigés sur les enceintes des mosquées, participent à une composition urbaine singulière. Ils se dressent avec élégance au-dessus de chaque ville ou village musulman, leur silhouette distincte étant immédiatement reconnaissable.


Ces élévations révèlent une diversité architecturale remarquable, suivant les régions du monde musulman et l’époque de leur construction. Il existe deux principaux types de minarets : tétraédriques (Afrique du Nord) et à canon rond (Proche et Moyen-Orient).


Les minarets étaient décorés de briques à motifs, de sculptures, de céramiques émaillées, de balcons ajourés.


De même, le nombre de minarets par mosquée connaît une grande variabilité, d’une à plusieurs tours : citons la mosquée Al-Haram, à La Mecque, qui possède neuf minarets imposants. Une pareille diversité numérique découle de la taille propre de chaque édifice religieux : les plus modestes en arborent un, les plus imposants deux, tandis que les mosquées sultaniennes se parent de quatre à six de ces éléments architecturaux.



L’origine du minaret


Les avis des historiens divergent sur l’origine du minaret. Certains attribuent cette innovation à Zyad Ibn Ubayh, un souverain de Bassorah, sous la direction de Muawiah. D’autres soutiennent que les premiers minarets on été érigés dans la mosquée Amr Ibn Al-As à Fustat, sous la gouvernance de Maslam Ibn Muhallad vers 682. Cette version est généralement considérée comme la plus plausible. Shrahbil Ibn Amr est également réputé pour avoir été le premier à appeler à la prière depuis l’un de ces minarets pionniers.


Le minaret de la Grande Mosquée de Paris


« Quand s’érigera le minaret que vous allez construire, il ne montera vers le beau ciel de l’Ile de France, qu’une prière de plus dont les tours catholiques de Notre-Dame ne seront point jalouses. La France entend ne rien railler, ne rien troubler, ne rien effacer dans l’âme humaine de ce qui a pu contribuer à la réconforter, à l’élever, à l’ennoblir. »


EXTRAIT DU DISCOURS DU MARÉCHAL HUBERT LYAUTEY

LORS DE LA CÉRÉMONIE DE LA POSE DE LA PREMIÈRE PIERRE DU 19 OCTOBRE 1922


Haut de 33 mètres, le minaret de la Grande Mosquée de Paris incarne l’image emblématique de l’édifice. Il fut érigé entre 1922 et 1926. Le minaret de la Grande Mosquée de Paris possède une architecture inspirée de celle élaborée en Afrique du Nord et en Andalousie au cours du temps. Il est surmonté de trois sphères de différentes tailles : une des interprétations de cette singularité veut que chaque sphère représente l’une des trois religions monothéistes successivement révélées dans l’histoire humaine : le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam. Le croissant au-dessus des trois sphères indique la direction de La Mecque et de la Kaaba, c’est-à-dire la direction de la prière. Le minaret n’a jamais été utilisé pour l’appel à la prière, les imams l’effectuant dans le grand patio menant à la salle de prière.


Ph : Agence Rol - Bnf Gallica


CE CLICHÉ, PRIS EN 1927 SUR LE MINARET DE LA GRANDE MOSQUÉE DE PARIS, UN AN APRÈS SON INAUGURATION, MONTRE UN MUEZZIN APPELANT À LA PRIÈRE : IL NE S’AGIT PAS D’UN VERITABLE APPEL MAIS D’UNE POSE PHOTOGRAPHIQUE 


 

À LIRE AUSSI :

Comments


bottom of page