top of page

Regard fraternel (n°3) - Les mots arabes de Flaubert : un voyage linguistique



Dans la vaste constellation des écrivains du XIXe siècle, Gustave Flaubert se distingue par son regard singulier porté sur l'Orient et particulièrement sur l'Arabe. À travers ses œuvres, ses voyages et sa correspondance, l'écrivain normand esquisse un portrait complexe et nuancé de cette figure souvent stéréotypée dans la littérature de son époque.


Dès sa jeunesse, Gustave Flaubert est captivé par l'Orient, le percevant comme un univers propice à l'évasion lyrique et à la découverte esthétique, détaché des prismes ethnocentristes alors prévalant. Ses périples en Égypte et au Maghreb constituent autant de portes ouvertes sur la réalité arabe, dépourvus des préjugés colonialistes et des conceptions civilisationnelles réductrices de son époque.


À travers les pages de ses carnets de voyage, l'écrivain ausculte avec une finesse remarquable le quotidien des populations arabes, dépeignant avec minutie leurs traditions, leurs coutumes et leur mode de vie, évitant ainsi avec maestria l'écueil de l'exotisme simpliste et superficiel. Pour Gustave Flaubert, l'Arabe représente bien plus qu'une simple altérité à apprivoiser ou à dominer.


Contrairement à nombre de ses contemporains, il refuse de céder à la facilité des stéréotypes dégradants. L'Arabe, dans sa vision, incarne plutôt une essence d'insoumission, un souffle de liberté et de vitalité qui contraste vivement avec la morosité de la société bourgeoise et les carcans des conventions de son temps.


À travers ses écrits, il s'emploie ardemment à réhabiliter cette figure, à lui restituer son honneur et son rôle authentique dans l'histoire, rejetant fermement les discours réducteurs du colonialisme et du racisme qui sévissent alors. Sa plume devient ainsi le vecteur d'une réflexion profonde sur la dignité humaine universelle, où l'Arabe se trouve magnifié en tant que sujet à part entière, loin des méprisantes représentations qui l'assaillent.


Cette volonté de Flaubert de transcender les limites imposées par les préjugés de son époque ne se limite pas à une simple réhabilitation de l'image de l'Arabe. Elle s'étend également à une remise en question radicale des idéologies dominantes de son temps, qu'elles soient teintées de colonialisme, de nationalisme ou d'ethnocentrisme. Pour lui, les frontières nationales ou les distinctions ethniques sont des constructions artificielles qui occultent l'essence commune de l'humanité.


Son regard sur l'Arabe dépasse donc largement les clivages politiques ou culturels, le percevant plutôt comme un frère dans l'universalité de l'existence humaine, un citoyen du monde dont la singularité enrichit la trame même de la condition humaine.


Enfin, l'engagement de Flaubert pour la justice et la liberté se manifeste également dans sa critique acerbe du colonialisme et de l'impérialisme occidental en Orient. Il n'hésite pas à dénoncer la rapacité et la décadence morale des puissances coloniales, tout en admirant avec ferveur la résilience et la dignité des peuples arabes face à l'oppression étrangère. Son soutien indéfectible à des figures telles que l'Émir Abd el-Kader, symbole de la lutte pour l'indépendance et la dignité arabes, témoigne de son attachement viscéral à la cause des opprimés et des déshérités, marquant ainsi son époque de son empreinte indélébile en tant que fervent défenseur des droits humains universels.


À travers le prisme singulier de Flaubert, l'Arabe cesse d'être une simple abstraction ou une caricature ethnique pour devenir une figure d'une richesse inouïe, aussi fascinante que mystérieuse. Loin des schémas simplistes de son époque, le regard de l'écrivain jette une lumière nouvelle sur l'Orient, une lumière teintée de sensibilité, d'empathie et de respect.


Dans ses œuvres, les Arabes ne sont plus des archétypes figés mais des individus complexes, dotés de profondeur et de nuance, reflétant toute la diversité et la vivacité de leurs existences. Flaubert nous invite ainsi à contempler cette région du monde avec un regard renouvelé, débarrassé des préjugés et des préconceptions, afin de découvrir la véritable essence de ses habitants et de leur culture.


En embrassant cette perspective éclairée de Flaubert, nous sommes conviés à dépasser les limites étroites de nos préjugés pour accueillir pleinement la diversité foisonnante de l'humanité. Son héritage littéraire et intellectuel résonne comme un appel vibrant à l'ouverture d'esprit, à la tolérance et à la reconnaissance de la pluralité des expériences humaines. En effet, ses écrits nous exhortent à dialoguer avec l'autre, à explorer les richesses insoupçonnées des cultures qui nous entourent, et à célébrer la rencontre avec ceux qui sont différents de nous. Ainsi, à travers les siècles, l'appel de Flaubert à la compréhension mutuelle demeure plus pertinent que jamais, nous invitant à construire un monde où la diversité est non seulement acceptée, mais aussi célébrée comme une source inépuisable d'enrichissement et de croissance collective.



 

À LIRE AUSSI :

コメント


bottom of page