top of page

Récits célestes (n°4) - Le Prophète Houd et la tribu des Aad



« Ô mon peuple! Implorez le pardon de votre Seigneur

et repentez-vous à Lui; Il vous enverra, du ciel,

des pluies abondantes et renforcera votre puissance.

Et ne vous détournez pas de Lui, en coupables. »


Sourate Houd, verset 52


Après le déluge, la foi était ancrée dans les cœurs, les gens croyaient en l’unicité de Dieu (Tawhid) et se garder du polythéisme (chirk) et l’arrogance. Ils continuaient à suivre la croyance dictée au Prophète Noé (paix soit sur lui). Puis, les années ont filé emportant avec elles des générations entières. Évoque-t-on des siècles révolus, alors que l’humanité jouissait d’une longévité remarquable ? Les préceptes du Prophète Noé (paix soit sur lui) ont sombré dans l’oubli, laissant place à la résurgence insidieuse de l’idolâtrie et à la répandaison de la corruption sur terre. Au cœur de ce tumulte, une tribu émergeait des dunes « Ahqaf » connue sous le nom d’Aad.


La Tribu des Aad


Le peuple d’Aad est mentionné dans le Coran treize fois, sansqu’il soit fait mention de leurs origines, aucune indication à ce sujet n’est rapportée dans la période du Prophète Mohamed (paix et bénédictions soient sur lui). Aad, peuple de Houd, Iram est le nom de la ville et Al-Ahqâf est la région de la ville : les trois sont cités dans le Noble Coran. Al-Tabari rapporte que les Aad étaient une tribu issue d’Aad ibn Aws ibn Iram ibn Sam ibn Noé (paix soit sur lui).


Ils habitaient des Ahqafs, des collines de sables situées entre le Yémen, Oman et Hadramout, « Ô mon peuple! Implorez le pardon de votre Seigneur et repentez-vous à Lui; Il vous enverra, du ciel, des pluies abondantes et renforcera votre puissance. Et ne vous détournez pas de Lui, en coupables. » Sourate Houd, verset 52 dans la vallée de Moghit. Ils étaient connus pour leurs tours très élevées, donnant à l’endroit le surnom de « terre des milles piliers ». Ils ont érigé une civilisation sans pareille. Bénéficiant de terres fertiles en abondance, d’une grande descendance, de troupeaux abondants et d’un accès facile à l’eau. Les Aad étaient eux-mêmes réputés pour leur taille imposante, leur force physique et leur robustesse.


Sous plusieurs aspects, on peut comparer la société d’Aad aux sociétés riches d’aujourd’hui. Leur opulence a engendré de l’arrogance, les poussant à construire des tours et des demeures luxueuses pour étaler leur richesse, agissant comme s’ils étaient éternellement. Le Noble Coran mentionne : « Bâtissez-vous par frivolité sur chaque colline un monument ? Et édifiez-vous des châteaux comme si vous deviez demeurer éternellement? » (Sourate les Poètes, versets : 128 et 129).


Les chefs des Aad étaient des tyrans puissants. Leur richesse ne les a pas rendus plus humbles, mais les a endurcis et rendus impitoyables, tout en dominant les régions environnantes. Leur arrogance a atteint des proportions démesurées au fil du temps. Ils étaient les premiers à se livrer à l’adoration des idoles, ayant trois divinités principales : Sada, Samoud et Haba, faisant d’eux les premiers idolâtres après le déluge.


« Et aux ‘Aad, leur frère Houd :

“Ô mon peuple, dit-il, adorez Allah!

Pour vous, pas d’autre divinité que Lui.

Ne Le craignez-vous donc pas?” »


Sourate Al-Araf, verset 65


L’appel de Houd à l’unicité de Dieu


Houde était fort et grand, utilisant sa force dans la sagesse. Son appel était empreint de miséricorde envers son peuple. Il les a guidés avec une douceur et patiente, les a avertis du châtiment et leur a montré sa crainte pour eux, redoutant les conséquences désastreuses de leur désobéissance, Le Tout-Puissant dit : « Les Aad traitèrent de menteurs les Envoyés. Et quand Houd, leur frère (contribule), leur dit : Ne craindrez-vous pas Allah? je suis pour vous un messager digne de confiance. Craignez Allah donc et obéissez-moi. » (Sourate les poètes, versets : 123, 124, 125 et 126).


Son peuple lui a demandé de leur montrer le châtiment de Dieu. Allah le souligne : « Ils dirent : "Que tu nous exhortes ou pas, cela nous est parfaitement égal ! Ce ne sont là que des moeurs des anciens. Nous ne serons nullement châtiés. Ils le traitèrent donc de menteur. Et nous les fîmes périr. Voilà bien là un signe! Cependant, la plupart d'entre eux ne croient pas. » Sourate les poètes, versets : 136, 137, 138 et 139).


Le désir du Prophète Nouh (paix soit sur lui) et son souhait de les sauver de l'agonie imminente est clairement exprimé, mais le peuple d'Aad a persisté dans leur égarement et leur mécréance. Ils ont répondu à l'appel du Prophète Houd (paix soit sur lui) avec obstination et arrogance. Le Coran décrit leur réponse à l'appel de leur prophète, où Dieu dit : « Ils dirent : Es-tu venu à nous pour nous détourner de nos divinités ? Amène-nous donc ce avec quoi tu nous menaces, si tu es véridique. » (Al-Ahqaf , verset 22).


Ils n'ont pas cru à l'appel de Houd et sont restés attachés au culte des idoles de leurs ancêtres. Non seulement les gens d'Aad a rejeté l'appel à la vérité, mais ils ont également calomnié et insulté Houd, l'accusant de folie et de mensonge. « Les notables de son peuple qui ne croyaient pas dirent : Certes, nous te voyons en plein sotise et nous pensons que tu es du nombre des menteurs. » ( Al-Araf, verset 66).


Ils ont ainsi rejeté leur prophète et ont cru que son Dieu ne leur apporterait aucun bien. Ils ont persisté dans leur égarement jusqu'à ce que le prophète Houd se désengage d'eux, ainsi que de leur adoration d'idoles inutiles, les avertissant à nouveau du châtiment et de la promesse divine s'ils ne croyaient pas en Dieu seul.


« Et quant aux 'Âd, i

lsfurent détruits par un vent mugissant et furieux.

qu’ Allah déchaîna contre eux pendantsept nuits

et huit jours consécutifs, tu voyais alorsles gensrenversés

par terre comme dessouches de palmiers évidées. »


Sourate Al-Haqqah, versets : 6 et 7


La destruction du peuple de Houd


Le Prophète Houd (paix soit sur lui) a essayé d’expliquer à son peuple que solliciter le pardon de Dieu pour leur rébellion et leur arrogance les aiderait à renforcer leur puissance et à accroître leurs richesses. Il leur a assuré que Dieu récompenserait leur repentir par des pluies abondantes et une force accrue. Malheureusement les Aad regardaient Houd (paix soit sur lui) avec arrogance le rappelant qu’ils sont la nation la plus puissante de leur époque.


Une controverse a émergé entre Aad et Houd (paix soit sur lui) à propos du jour du jugement. Les Aad croyaient qu’après la mort, les corps retournaient à la poussière, emportés par le vent. Comme beaucoup de leurs contemporains, ils pensaient que l’objectif de la vie était l’accumulation de richesse et l’atteinte du prestige, d’autorité et du pouvoir. Houd a continué à leur expliquer les conséquences de leur éloignement de Dieu, ils l’ont traité de fou. Ils étaient perplexes de voir cet homme vivre parmi eux avec cette vision complétement différente.


Allah, Exalté Soit-Il, a commencé d’abord par leur transmettre un signal, il les a privé d’eau pour boire et pour irriguer leurs terres fertiles. Persistant dans le rejet du message du Prophète Nouh (paix soit sur lui) et dans leur arogance, Allah Le-Tout-Puissant leur a envoyé un nuage dévastateur accompagné d’un vent furieux et d’un froid glacial soulevant violemment les objets vers le ciel avant de les écraser au sol, arrachant tout sur son passage avec une force meurtrière.


Cette catastrophe a pris 7 nuits et 8 jours consécutifs ! comme c’est expliqué dans le Noble Coran : « Les Aad ont traité de menteur (leur Messager). Comment furent Mon châtiment et Mes avertissements? Nous avons envoyé contre eux un vent violent et glacial, en un jour néfaste et interminable, il arrachait les gens comme des souches de palmiers déracinés. Comment furent Mon châtiment et Mes avertissements? En effet, Nous avons rendu le Coran facile pour la méditation. Y a-t-il quelqu’un pour réfléchir? ». (Al-Qamar, versets 18-22)


Les Aad, un avertissement intemporel contre l’arrogance


De ce récit, on peut tirer des leçons qui peuvent nous rappeler l'importance de la foi, de l'humilité et de l'obéissance à Dieu, ainsi que les conséquences de l'orgueil et de l'arrogance et de la tyrannie par leur force. De ce fait, le récit semble mette en lumière plusieurs leçons importantes :

  • L'orgueil et l'arrogance : La société d'Aad était caractérisée par l'opulence et l'arrogance. Leur richesse les a conduits à l'orgueil, les poussant à se détourner de Dieu et à persister dans leur égarement.

  • L'appel à l'unicité de Dieu : Le prophète Houd a appelé son peuple à adorer uniquement Dieu et à se détourner de l'adoration des idoles. Cet appel à l'unicité de Dieu était empreint de miséricorde et de patience envers son peuple.

  • La punition divine : Malgré les avertissements du prophète Houd, le peuple d'Aad a persisté dans son égarement et son arrogance. En conséquence, ils ont été détruits par un châtiment divin sous la forme d'un vent dévastateur et d'un froid glacial, comme décrit dans le Coran.



*Article paru dans le n°17 de notre magazine Iqra


 

À LIRE AUSSI :






Comments


bottom of page