top of page

Regard fraternel (n°10) - Tekiya ibrahimite, symbole de solidarité à travers les âges

Dernière mise à jour : 8 avr.



« La ville palestinienne Al-Khalil, connue sous le nom d’Hébron est réputée pour être une ville où personne ne dort affamé ».


Cette réputation découle de la présence de la Takiyah de Sayidina Ibrahim Al-Khalil (que la paix et le salut d’Allah soient sur lui), située à proximité de la mosquée d’Abraham, où des repas sont servis aux nécessiteux tout au long de l’année, en particulier pendant le mois de Ramadan. Cette tradition renforce l’image d’Al-Khalil comme un lieu de générosité et d’entraide.


« Tekiya » dérive du verbe arabe « itaka’a » qui signifie s’appuyer ou se reposer. En terme d’usage, il désigne un lieu consacré à l’accueil des voyageurs ou des passants de manière informelle et non contraignante. C’est un hall « La ville palestinienne Al-Khalil, connue sousle nom d’Hébron est réputée pour être une ville où personne ne dort affamé » soufi où chacun peut séjourner sans aucune charge financière.


La Tekiyah, héritage spirituel et humanitaire


La Tekiyah ibrahimite, d'Al-Khalil, en terres occupées, représente une tradition séculaire de générosité, de compassion et de service altruiste. Elle perpétue un précieux héritage spirituel et humanitaire de notre vénéré Prophète Ibrahim (Abraham) (que la paix soit sur lui).


Bien plus qu’un simple édifice, La tekiyah transcende les frontières temporelles et géographiques, incarnant un engagement profond envers les valeurs de solidarité, d'accueil et de partage inhérentes à la vie d'Ibrahim (que la paix soit sur lui).


Au fil des siècles, elle est devenue un pilier communautaire, apportant refuge et soutien aux plus vulnérables, aux voyageurs et aux familles dans le besoin, tissant ainsi, une histoire riche en actes de générosité et de bienveillance qui reflètent l’essence même de l'Islam.


Origine historique de la Tekiyah ibrahimite


Selon certaines sources historiques et témoignages transmis, l'histoire de la Tekiyah de la ville d’Al-Khalil remonte à l'époque glorieuse de Salah Eddine Al-Ayoubi. Fondée en 1279 par le sultan Qalawun Al-Salihi, elle était initialement désignée sous le nom de "Rabat" et fournissait de la nourriture aux soldats. Plus tard, rebaptisée "Tablaniyah" en raison des tambours qui annonçaient la distribution de nourriture, elle élargit rapidement son champ d’action pour inclure les nécessiteux de la ville ainsi que les érudits et leurs visiteurs.


A travers les temps, cette fondation devient un pilier de la communauté, symbolisant l’engagement envers les valeurs de solidarité, d’accueil et de partage. Sous le règne des Fatimides, la Tékiyah ibrahimite a bénéficié d’allocations annuelles pour son fonctionnement. Les rois, les sultans et les chefs militaires ont affecté de nombreuses villes et propriétés au profit de la mosquée d’Al-Khalil et de la Tekiyah. Ces biens ont été enregistrés et conservées dans une boite de dons préservée à ce jour, pour la soutenir, assurant ainsi sa pérennité et son fonctionnement. Dix employés relevant du ministère des Wakfs palestinien, commencent leur travail dès quatre heure du matin. Ses fonds ne proviennent pas de la wakat, mais plutôt de dons volontaires.


L’hospitalité authentique d’Abraham


La Tekiya a été ainsi nommée en hommage à la noble qualité de l’hospitalité du Prophète Abraham (que la paix soit sur lui), célèbre pour son accueil généreux envers ses invités, tel que relaté dans le Coran : « Te parvient-il le récit des hôtes d’Abraham, honorés ? Lorsqu’ils entrèrent chez lui et dirent : « Salem ». Il dit : « Salem, des hôtesinconnus ». Puis, ilse hâta verssa demeure et revint avec un veau gras. Il le plaça devant eux et dit : Ne mangez-vous pas ? » (Sourate AdhDhariyat, versets 24-27).


Le Prophète d’Allah, Abraham, était renommé pour sa générosité envers ses invités, malgré sa vie modeste. Ainsi, les habitants d’Al-Khalil perpétuent l’hospitalité héritée du père des prophètes. Il est rapporté qu’un jour, il accueillit deux invités qu’il ne connaissait pas, avec une grande générosité, leurs offrant le meilleur de ce qu’il avait. Ces deux hôtes se révélèrent ensuite êtres des anges envoyés par Dieu pour lui annoncer la naissance de son fils Isaac ainsi qu’une autre révélation.


Cette l’histoire qui illustre l’importance de l’hospitalité dans la tradition musulmane, d’où le surnom donné au Prophète Abraham : « Aba dhaïfane » « Père des deux invités ». Les responsables de la Tekiya la présentent dans ce contexte. D’ailleurs, il est inscrit à l’entrée : « vous êtes dans la maison d’Abraham, Père des deux hôtes ». Ici le mot père n’a pas le sens de « papa » mais rappelle l’histoire des deux anges invités.


Un repas ibrahimite immuable


Il y a une saveur distincte dans les plats servis à la Tekiya, en particulier la soupe et le pain. La singularité de la soupe réside dans sa composition, différente pour chaque fournée, car elle est faite du bouillon de « Djarisha », la « chorba » préférée de notre Prophète Abraham (que la paix soit sur lui). Elle est préparée à partir de blé moulu et servie aux visiteurs à travers les âges. Le programme a évolué, et désormais, en semaine, à l'exception des lundis et jeudis, des repas à base de légumes et de viande sont proposés.


La Tekiya offre trois repas par jour, et le nombre de visiteurs augmente pendant le mois de Ramadan de 2023, atteignant 4000 repas, avec une tendance à la hausse cette année. De plus, la Tekiya reste ouverte et son travail se poursuit même dans des conditions de guerre et d'invasion. La maison des pauvres, des nécessiteux et des voyageurs demeure.


Témoin vivant de l'héritage spirituel et humanitaire d’Ibrahim, tekiyah ibrahimite continue d’éclairer les cœurs, rappelant à tous la noblesse de l'altruisme.



 

À LIRE AUSSI :

Comments


bottom of page