top of page

Récits célestes (n°9) - Marie, un symbole de piété et d'union interreligieuse



Dieu a destiné la diversité parmi les humains comme partie intégrante d'un plan sage, les rendant variés dans leurs croyances, leurs lois, leurs couleurs, leurs langues, et leurs nations. Cette diversité n'est pas seulement superficielle, mais fait partie intégrante de la vie terrestre, soumise à la volonté divine suprême.


Principes d'égalité et de fraternité


Sur la base de cette sagesse divine, Dieu a établi des principes humains élevés, rejetant les traitements discriminatoires et promouvant la fraternité bien au-delà des seules limites religieuses. Comme Le Tout Puissant dit : « Ô hommes, Nous vous avons créés d'un mâle et d'une femelle, et Nous avons fait de vous des peuples et des tribus afin que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d'entre vous, auprès de Dieu, est le plus pieux. Dieu est certes Omniscient et Bien Informé. » (Sourate Al-Houjourat, verset 13).


Ainsi, la coexistence entre musulmans et non-musulmans repose sur les principes de bienveillance, de justice et de paix, comme énoncé dans ce verset coranique : « Dieu ne vous défend pas d'être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Dieu aime les équitables. » (Sourate Al-Mumtahanah, verset 8).


Vénération partagée


L'islam et le christianisme partagent plusieurs facteurs communs qui, malgré les différences dans leurs croyances, reposent fondamentalement sur la foi. Un exemple marquant est la figure de Marie. Dans le Coran, elle est mentionnée comme Meriem (Maryam) bint Imran, et pour les chrétiens, elle est connue sous le nom de Marie la Vierge, ou la Sainte Marie. Dans les deux traditions, elle est la mère du prophète Jésus « Issa » (paix soit sur lui).


Cette reconnaissance commune de Marie en tant que figure centrale, illustre comment, malgré les divergences théologiques, les deux religions honorent et respectent son rôle. En islam, Meriem est vénérée pour sa piété et sa pureté, décrite comme « choisie et purifiée » par Dieu. Dans le christianisme, Marie est également vénérée pour sa sainteté et son obéissance à la volonté divine.


Les similarités ne s'arrêtent pas là. Les deux religions croient en un Dieu unique et partagent des valeurs morales similaires telles que la justice, la compassion et la charité. Cette base commune peut servir de point de départ pour un dialogue interreligieux respectueux et constructif, en soulignant que malgré les différences doctrinales, l’essence de la foi et de l’éthique reste un terrain partagé.


La place de Marie dans l'Islam


Dans cet article, nous allons évoquer Marie telle qu'elle est mentionnée dans le Coran, de la manière dont nous, musulmans, la vénérons et croyons en son histoire et en son fils, le prophète de Dieu, qui a défendu l'honneur de sa mère dès son berceau.


Marie, connue sous le nom de Meriem dans le Coran, occupe une place éminente et est hautement respectée dans l'islam. Dieu l'a choisie et purifiée au-dessus des femmes de tous les mondes. Elle est décrite comme une femme pieuse, dévouée à Dieu et ayant reçu des bénédictions divines. Les musulmans croient fermement en l'histoire de sa conception miraculeuse de Jésus (Issa, en arabe), sans l'intervention d'un père, par la volonté de Dieu.


Lorsque les gens ont accusé Marie d'infidélité, Jésus, alors un nouveau-né dans son berceau, a miraculeusement parlé pour défendre l'honneur de sa mère. Selon le Coran, il a déclaré : « Je suis vraiment le serviteur d'Allah. Il m'a donné le Livre et m'a désigné Prophète. Où que je sois, il a fait que je sois une bénédiction pour les autres tant que je vivrai la prière (As-Salât) et l’aumône (Az-Zakât). » (La sourate Maryam, versets 30 et 31). Cet événement souligne non seulement l'innocence et la pureté de Marie mais aussi le statut prophétique de Jésus dans l'islam.


En rendant hommage à Marie et en croyant en son histoire, les musulmans reconnaissent sa place unique et révérée dans l'histoire divine. Cette vénération partagée pour Marie dans l'islam et le christianisme offre une base commune pour le respect mutuel et le dialogue entre les deux religions.


Indépendamment de la nature de Marie et des croyances des musulmans ou des chrétiens de leurs différentes confessions à son sujet, l'honneur accordé à la Vierge Marie et l'accent mis sur certains aspects de sa vie dans l'islam sont des éléments qui étonnent et fascinent. En effet, dans l'islam, à travers ses sources principales que sont le Coran et la Sunna prophétique, on trouve de nombreuses versets et hadiths qui traitent des mérites de Marie et de certains détails de sa vie, ce qui est unique par rapport au christianisme et à la Bible.


La naissance de Marie et sa prise en charge par Zakarya


Le Coran et la Sunna abordent en détail la naissance de Marie et ses mérites dès sa naissance. À propos de sa naissance, nous lisons dans le Coran : « Allah a choisi Adam, Noé, la famille d'Abraham et la famille d'Imran au-dessus de tous les mondes. Une descendance les uns des autres. Allah est Audient et Omniscient. Lorsque la femme d'Imran dit : « Seigneur, je T'ai voué en toute exclusivité ce qui est dans mon ventre. Accepte-le donc de moi, c'est Toi l'Audient, l'Omniscient. » Puis lorsqu'elle la mise au monde, elle dit : « Seigneur, je l'ai mise au monde, une fille. » Allah savait mieux ce qu'elle avait mis au monde, le garçon n'est pas comme la fille. « Je l'ai nommée Marie et je la mets, ainsi que sa descendance, sous Ta protection contre Satan, le banni. » Son Seigneur l'accepta alors d'un bel accueil et la fit croître en une belle croissance... » (Sourate Al-Imran, versets 33à37).


Abu Huraira rapporte que le Prophète Mohamed (paix et bénédictions soient sur lui) a dit : « Aucun enfant d'Adam ne naît sans que Satan ne le touche à sa naissance, ce qui le fait crier, sauf Marie et son fils. » Puis Abu Huraira récita : « Et je la mets, ainsi que sa descendance, sous Ta protection contre Satan, le banni » (rapporté par al-Boukhari).


Défense Divine


Le Coran aborde en détail l'éducation de Marie, mettant particulièrement l'accent sur sa prise en charge par Zakaria et les miracles qui ont eu lieu par la volonté d’Allah. À propos de son éducation, nous lisons dans le Coran : « Son Seigneur l'accepta alors d'un bel accueil et la fit croître en une belle croissance. Il la confia à Zakaria. Chaque fois que Zakaria entrait auprès d'elle dans le sanctuaire, il trouvait près d'elle de la nourriture. Il dit : « Ô Marie, d'où te vient cette nourriture ? » Elle répondit : « Cela vient de Dieu. Dieu donne la nourriture à qui Il veut sans compter. » (Sourate Al-Imran, verset 37).


Nous lisons également dans le noble Coran : « Et lorsque les anges dirent : « Ô Marie, Dieu t'a choisie et purifiée, Il t'a choisie au-dessus des femmes des mondes. Ô Marie, sois dévouée à ton Seigneur, prosterne-toi et incline-toi avec ceux qui s'inclinent. » Ce sont là des nouvelles de l'Inconnaissable que Nous te révélons. Tu n'étais pas avec eux lorsqu'ils jetaient leurs calames (pour décider) qui d'entre eux prendrait en charge Marie. Tu n'étais pas avec eux lorsqu'ils se disputaient. » (Sourate Al-Imran, versets de 42 à 44).


Ces versets mettent en lumière non seulement la pureté et la piété de Marie, mais aussi le soutien divin constant qu'elle a reçu. La prise en charge de Marie par Zakaria et le miracle des provisions sont des témoignages de la grâce et de la faveur d’Allah. Ces récits, uniques au Coran, offrent une perspective enrichissante sur la vie de Marie.


Essayda Maryam a été accusée d'adultère, le Coran affirme son innocence à plusieurs reprises. Nous lisons : « Et Marie, fille d'Imran, qui avait préservé sa chasteté ; alors Nous insufflâmes en elle de Notre Esprit. Elle crut aux paroles de son Seigneur et à Ses Écritures ; elle fut parmi les dévoués. » (Sourate At-Tahrime, verset 12).


Ce verset et plusieurs autres soulignent non seulement la pureté et la chasteté de Marie, mais aussi la manière dont Allah a directement défendu son honneur et affirmé son innocence. Le Coran, à travers ces passages, offre une défense claire et répétée de Marie contre les accusations d'adultère.

En plus de sa protection contre Satan, de sa croissance pieuse et de sa provision de fruits hors saison, l'islam énumère de nombreuses vertus et mérites de Marie. Parmi ces vertus, il y a sa purification et sa sélection au-dessus des femmes des mondes. Dans le Coran, nous trouvons : « Et quand les anges dirent : Ô Marie, certes, Dieu t'a élue et purifiée ; Il t'a élue au-dessus des femmes des mondes.’ » (Sourate Al-Imran, verset 42).


L'islam est plus prolixe en matière des mérites de Marie. De nombreux hadiths rapportés du Prophète Mohamed (paix et bénédictions soient sur lui) témoignent de ses vertus. Abu Musa rapporte que le Prophète a dit : « Beaucoup d'hommes ont atteint la perfection, mais parmi les femmes, seules Assia, la femme de Pharaon et Marie, fille d'Imran, l'ont atteinte. Et la supériorité d'Aïcha par rapport aux autres femmes est comme la supériorité du tharid (un plat) sur les autres plats. » (Rapporté par Al-Boukhari et Muslim).


Ali ibn Abi Talib rapporte également que le Prophète (paix et bénédictions soient sur lui) a dit que : « Les meilleures femmes de leur temps étaient Marie, fille d'Imran, et Khadija. » (rapporté par Al-Boukhari et Muslim).


Ces récits montrent non seulement la place privilégiée de Marie dans l'islam, mais aussi la profondeur et l'étendue de son respect et de son honneur dans la tradition musulmane.



*Article paru dans le n°25 de notre magazine Iqra.



 

À LIRE AUSSI :

Récits célestes (n°4) - Le Prophète Houd et la tribu des Aad




コメント


bottom of page