top of page

Sabil al-Imam, éclats spirituels de la semaine (n°16) - L'émergence des écoles juridiques islamiques



Première partie


L'émergence des écoles juridiques islamiques est un sujet complexe qui demande une compréhension profonde des circonstances historiques et culturelles qui ont façonné ces écoles. Elles ne sont pas simplement des divisions religieuses, mais plutôt l'expression de divergences dans l'interprétation, l'application juridique, et les visions politiques et sociales.


L'émergence des écoles islamiques est liée à de multiples facteurs, incluant les influences philosophiques, politiques et culturelles des régions où l'islam s'est répandu, ainsi que les interprétations variées des textes religieux et les divergences dans la compréhension et l'application juridique.


En explorant l'émergence des écoles islamiques, nous pouvons comprendre comment la pensée islamique a évolué à travers les âges, et comment elle a été influencée par des contextes historiques et culturels changeants, contribuant ainsi à enrichir le dialogue religieux et culturel dans les sociétés contemporaines.


Nous aborderons quelques préliminaires importants qui aident à comprendre les principales questions que nous traiterons dans ce sujet.


Premièrement, la divergence entre les individus et les groupes est inévitable et inhérente à leur nature humaine depuis le début, avec l'expansion de leurs esprits, l'élargissement de leurs perspectives, la diversité de leurs environnements, cultures, écoles de pensée, et la multiplication de leurs points de vue, ainsi que d'autres facteurs qu'ils acquièrent au cours de leur vie. Si nous examinons attentivement cette différence, il devient évident que cette diversité est une miséricorde et une bénédiction pour eux dans leur vie, et une des signes d’Allah qu'Il a voulu pour le bien de l'humanité et non pour le mal, comme le dit le Tout-Puissant : "Parmi Ses signes il a créé les cieux et la terre et la variation de vos langues et de vos couleurs" [Sourate Ar-Rum : 22].


Deuxièmement, il y a une distinction entre " Al ikhtilaf / la différence " et " Al Khilaf/ le désaccord " en langue arabe ; la différence dans son sens originel ne porte pas la signification de dispute et de conflit, mais ce sont les âmes des gens qui ne le tolèrent pas, et leurs cœurs se contractent face à l'opposition des autres, ce qui fait de cette différence une cause de conflit. Si la dispute et le conflit surviennent alors, cela devient un désaccord. Ainsi, le désaccord est ce qui contient en son sein le conflit, la discorde et la véritable divergence, tandis que la différence est ce qui implique une variation linguistique, pas un changement réel. Par conséquent, la différence est louable et le désaccord est blâmable.


Pour cette raison, nous trouvons plusieurs types de différences, notamment :


  • La différence naturelle et innée, qui est inévitable et louable : cette différence se manifeste par la diversité des êtres humains dans le sexe, la couleur, les langues, les ethnies, et la variabilité des intelligences, etc. Elle se manifeste également dans les comportements, les caractères, les morales, ainsi que les variations psychologiques, sociales et économiques. Ainsi, les savants affirment que le comportement humain est acquis des habitudes, des traditions, des systèmes environnementaux et sociaux qu'il vit... Nous avons dit que cette différence est inévitable et louable, tant qu'elle n'est pas corrompue par notre fanatisme envers une religion ou une race méprisant ceux qui ne sont pas comme nous ; ils ne sont pas de notre sexe, de notre race, de notre langue ou de notre pays, bien que cela soit interdit par les religions divines, y compris notre religion islamique, la religion de la communauté du juste milieu et de la modération, comme l'a dit le Très-Haut : "Et c'est ainsi que Nous avons fait de vous une communauté du juste milieu..." [Sourate Al-Baqara: 143]. Cette religion a ordonné à tous les membres de sa communauté de respecter et de préserver les droits et les devoirs humains au sein de cette différence naturelle et innée, quelles que soient les circonstances, car cette communauté a pleinement réalisé les droits de l'homme lorsque elle était forte et n'a pas distingué entre les gens en raison de leurs couleurs, de leurs langues, de leurs ethnies et de leurs religions, comme l'a dit son prophète, paix et bénédictions sur lui : " Ô vous les gens! Certes votre Seigneur est unique et certes votre père est unique. Il n'y a pas de mérite pour un arabe sur un nonarabe, ni pour un non-arabe sur un arabe, ni du rouge sur le noir, ni du noir sur le rouge si ce n'est par la taqwa. Certes celui d'entre vous qui est le plus noble auprès d'Allah est celui qui a le plus de taqwa" La taqwa est le fait que la personne mette une protection entre elle et le châtiment d'Allah en pratiquant ses obligations et en s'écartant de ses interdits. [Rapporté par Al-Bukhari]. Mais lorsque les flammes de la discorde ont été allumées et que les membres de la communauté se sont divisés en différentes factions, écoles de pensée, groupes ethniques et communautés différentes, les divergences sont apparues entre eux. Nous revenons et disons que ce type de différence est normal et naturel, mais il a été infiltré par la division, le fanatisme, la fragmentation et les conflits entre les peuples. C'est pourquoi Allah le Très-Haut a mis en garde contre cela en disant : "Et ne soyez pas comme ceux qui se sont divisés et se sont disputés après que les preuves leur soient venues. Et ceux-là auront un immense châtiment."[Sourate Al-Imran: 105].


  • La divergence dans les branches de la religion et non dans ses fondements: elle est acceptable et souhaitable et ne prône pas la rupture et l'abandon entre les musulmans, mais c'est une miséricorde et une facilité pour la communauté en les jugements religieux et les jurisprudences pour ses membres, ce qui est exprimé par "la diversité des perspectives".


  • La divergence d'opposition ou de la contradiction: C'est celle qui se produit dans les fondements de la religion et ses constantes claires et indiscutables dans leur signification : cette différence est blâmable, elle résulte de l'orgueil et des passions ; elle entraîne le conflit et la rupture, voire même elle atteint le stade de l'affrontement et du préjudice.


Troisièmement, les causes de divergence entre les gens sont nombreuses, et si nous essayons de les énumérer, nous ne pourrons pas toutes les saisir. Nous mentionnerons certaines d'entre elles qui servent notre sujet ici afin de mieux comprendre ce que nous développerons dans notre magazine.


  • La divergence d'opinions entre eux : Nous avons mentionné cela dans le premier type de divergence, car plus les gens avancent dans la voie de la civilisation et du progrès, plus le champ des divergences s'élargit.

  • L'ignorance de la vérité de la divergence et de son fondement (la divergence scientifique et le manque d'informations) : Il arrive souvent que les personnes divergentes ignorent la vérité sur la question qui les divise, ce qui les éloigne des règles du dialogue et de la présentation des idées avec preuves, arguments et sagesse. Cela ne peut être surmonté que par l'apprentissage, comme cela est clairement mentionné dans le noble Coran et la Sunna prophétique : " Les gens formaient (à l’origine) une seule communauté (croyante). Puis, (après leurs divergences), Allah envoya des Prophètes comme annonciateurs et avertisseurs; et Il fit descendre avec eux le Livre contenant la vérité, pour régler parmi les gens leurs divergences. Mais, ce sont ceux-là mêmes à qui il avait été apporté, qui se mirent à en disputer, après que les preuves (évidentes) leur furent venues, par esprit de rivalité ! Puis, de par Sa Grâce, Allah guida ceux qui crurent vers cette Vérité sur laquelle les autres disputaient. Et Allah guide qui Il veut vers le chemin droit." (Sourate Al-Baqara, verset 213).


  • La divergence basée sur une intention obscure, résultant de l'envie, de la haine, de l'égoïsme, de l'arrogance et de l'amour de soi, où chaque partie cherche à dominer et à dénigrer l'autre, sans rechercher à mettre en avant la vérité et la justesse de ce en quoi ils divergent. Ils n'agissent pas dans le but de comprendre ou de rechercher la connaissance, mais plutôt par des motivations personnelles et d'autres intérêts égoïstes, non éthiques. Le seul moyen de se libérer de cela est une bonne relation sincère avec Allah et le repentir envers Lui, ainsi que la purification de l'âme. Comme mentionné dans le noble Coran : " Mais, ce sont ceux-là mêmes à qui il avait été apporté, qui se mirent à en disputer, après que les preuves (évidentes) leur furent venues, par esprit de rivalité ! " Il est difficile pour beaucoup de ceux qui sont enclins à ce type de divergence d'abandonner leurs propres intérêts et de mettre de côté leur égoïsme et leur arrogance, sauf si la miséricorde, la facilité et la guidance d’Allah les atteignent lorsqu'ils tentent de prendre les moyens pour y parvenir.


  • Les divergences entre les gens peuvent être attribuées à leur compétition pour atteindre leurs objectifs dans cette vie terrestre, qu'ils soient nobles ou non. Cette compétition est louable lorsqu'elle vise à atteindre la vérité et les bienfaits, mais blâmable lorsqu'elle est déshonorante et mène aux problèmes et aux conflits. Allah dit à propos de la compétition louable : "Empressez-vous donc d’accomplir de bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Allah qui vous éclairera alors sur ce qui vous opposait" [Sourate Al-Ma'ida : 48] "Que ceux qui la convoitent entrent en compétition [pour l’acquérir]" [Sourate AlMutaffifin : 26] "C’est pour une chose pareille que doivent œuvrer ceux qui œuvrent."[Sourate As-Saffat : 61].

  • Les divergences résultent de l'adoption par certains individus d'idées erronées et de croyances islamiques corrompues, ainsi que de leur suivi de pensées égarées, que ce soit consciemment ou inconsciemment. Certains approfondissent des domaines de connaissances sans en maîtriser les fondements et les principes établis par les spécialistes et les experts en la matière. Dans chaque domaine scientifique, nous trouvons diverses spécialisations. Par exemple, dans l'étude de la jurisprudence islamique, il existe plusieurs spécialités. Ainsi, le Prophète de l'Islam, paix et bénédictions soient sur lui, a désigné certains de ses compagnons, qui allaient transmettre son savoir et sa religion aux générations futures, en disant : "D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) Que le Messager d’Allah (paix et bénédictions soient sur lui) (a dit: " Le plus miséricordieux de ma Communauté, parmi les membres de ma Communauté est Abu Bakr ; et le plus acharné d’entre eux concernant l’ordre d’Allah (Dans l’application) est ‘Umar, et vraiment le plus modeste d’entre eux est’ Uthman. Celui qui sait parfaitement distinguer le licite de l’illicite est Mou’adh Ibn Jabal. Le plus informé d’entre eux concernant (les lois de) l’héritage est Zaid bin Thabit. Le meilleur récitateur (du Coran) parmi eux est Ubayy bin Ka’b, et chaque communauté a un digne de confiance, et le digne de confiance de cette communauté est Abu ‘Ubaidah Bin AlJarrah " ]Authentique Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan[. Cela signifie que 'Ali ibn Abi Talib était le plus compétent en matière de jugement entre les gens, Zayd ibn Thâbit était le plus compétent en matière de division des héritages, Ubayy ibn Ka'b était le plus compétent en récitation du Coran, et Ma'âdh ibn Jabal était le plus compétent dans la connaissance du licite et de l'illicite. Ceci est une preuve que notre communauté est spécialisée et précise, et que les sciences de la législation islamique et d'autres sciences telles que la médecine, l'ingénierie, la sociologie, etc., sont spécifiques et précises. Ceci est particulièrement important car certains intellectuels pensent qu'ils sont capables de résoudre toutes les questions traitées par les savants de la jurisprudence islamique et ses spécialistes. Ils peuvent même considérer que depuis l'époque des compagnons jusqu'à nos jours, ces questions sont des questions intellectuelles logiques accessibles à tous, sans réaliser que la première compétence à acquérir est la compétence à vérifier les informations, les récits et les paroles sur lesquels ils basent leurs croyances ou leurs idées. Ainsi, leurs efforts peuvent conduire à des conclusions erronées en raison de la fausseté des prémisses sur lesquelles ils ont fondé leur raisonnement. C'est une spécialisation parmi les spécialisations de la législation islamique. Celui qui adhère à cette croyance ne cessera pas de la pratiquer sauf par la sincérité envers son Créateur et la crainte de prononcer dans sa religion ce qui n'en fait pas partie, car Il dit : " Et ne poursuis pas ce dont tu n’as aucune connaissance. L’ouïe, la vue et le cœur: sur tout cela, en vérité, on sera interrogé." [Sourate Al-Isra : 36]. Ces quelques mots contenus dans ce verset établissent une méthodologie complète pour le cœur et l'esprit, incluant la méthode scientifique que l'humanité a récemment découverte, en ajoutant à cela la rectitude du cœur et la conscience d’Allah, ce qui distingue l'Islam des méthodologies purement rationnelles! Ainsi, vérifier chaque information, chaque phénomène avant de le juger est un appel du Coran et une méthodologie précise de l'Islam. La langue ne doit pas prononcer un mot, ni transmettre une narration, ni raconter un incident, ni donner un jugement, ni prendre une décision sans vérification de chaque détail, de chaque aspect, de chaque conséquence, afin qu'il ne reste aucun doute ou suspicion quant à sa véracité. En fait, il y a des gens qui rejettent les versets du Coran en raison de l'incapacité de leur esprit à les comprendre, et de même, ils font de même avec les hadiths authentiques transmis par des chaînes de transmission authentiques à travers les générations de savants qualifiés. Il y a même ceux qui rejettent la Sunna prophétique dans son intégralité en raison de la présence de hadiths authentiques et faibles, ignorant la véritable relation entre le Coran et la Sunna prophétique. Le raisonnement humain peut ne pas saisir la sagesse divine à long terme en raison de ses propres limites, mais ces limites intellectuelles ne signifient pas que les versets et les hadiths sont limités. Ceci n'est pas une invitation à annuler la raison et à ignorer son raisonnement et sa réflexion concernant les affaires religieuses, mais plutôt un appel à ne pas annuler et à ne pas négliger les fondements et les principes de ses sciences, tout comme d'autres sciences, afin de ne pas tomber à nouveau victime du double standard lors de la réception et de l'apprentissage des différentes sciences qui servent l'humanité dans cette vie et dans l'au-delà. Ainsi, lorsque certains intellectuels ou non-intellectuels s'engagent dans des questions délicates et sensibles concernant une science dans laquelle ils ne sont pas spécialisés, cela entraînera des divergences aux conséquences déplorables. Combien de malades ont vu leur état s'aggraver ou ont perdu la vie en prenant des médicaments prescrits par un médecin non spécialisé ou par quelqu'un se faisant passer pour un expert en herbes médicinales et en plantes médicinales ? Et combien ont abandonné leur adoration et ont corrompu leur croyance en raison d'une fatwa extrémiste, ignorante ou prétentieuse dans la religion d'Allah Tout-Puissant.


  • L'extrémisme flagrant qui se manifeste lorsque les gens se divisent en factions religieuses et partis politiques, servant uniquement leurs intérêts et principes, loin de l'unité et de la solidarité entre eux, au point d'exploiter la religion islamique et d'autres religions ou les politiques adoptées pour leurs intérêts personnels ou ceux de leur groupe particulier. Cela s'appelle "le syncrétisme dans la religion ou la politique". Cela a conduit à des divergences, à l'extrémisme, à la rigidité, au racisme et à l'utilisation de multiples mesures entre les gens, faisant couler le sang et épuisant les âmes, avec des individus de la même communauté et du même parti se battant. Le Prophète de l'Islam, que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui, a dit : "Ne divergez pas, car ceux qui vous ont précédés ont divergé et ont été perdus", c'est-à-dire la divergence dans le tribalisme et le sectarisme. Il a également dit à propos de ce tribalisme et sectarisme : "Laissez-le, car il est corrosif", "Laissez-le, car il est maléfique" [rapporté par Al-Bukhari]. Cette laisser-faire n'est réalisée qu'avec sérieux, effort soutenu et une collaboration constructive pour promouvoir une conscience juste et servir une pensée équilibrée basée sur la modération qui, en réalité, crée la justice, la fraternité et la liberté.


Ensuite : savoir que la divergence de la communauté dans les branches de la religion est une miséricorde, car la divergence de ses érudits dans les branches est une nécessité et une richesse scientifique et une miséricorde divine, car Allah Tout-Puissant leur a donné une ampleur d'opinions et une ouverture à différentes compréhensions, lorsque les personnes appropriées sont placées aux postes appropriés, comprenant bien les principes de l'émission de fatwas.


Ce qui est approprié dans un temps ou un pays peut ne pas être approprié dans un autre temps ou un autre pays. C'est pourquoi les savants disent : "La fatwa change avec le changement du temps, du lieu, de la situation et des personnes". La fatwa vise à trouver des solutions juridiques et des issues aux problèmes de la communauté, individuellement et collectivement, et non pas à prononcer un jugement légal sur les personnes sans prendre en compte leurs conditions, leur lieu, leur temps et leurs circonstances, et cela avec des règles et des principes, pas par passion et désir, et en ignorant les textes religieux qui ont traité la question à l'origine.


C'est là le cœur de la prescription islamique dans son adaptation de ses fatwas et leur adaptation aux nouveautés et aux faits dans chaque temps et lieu. Cela témoigne de la grandeur de cette prescription, car l'homme a des constantes et des changements, les constantes sont couvertes par les versets clairs, et les changements sont couverts par les versets ambiguës. Les versets clairs n'admettent pas d'interprétation personnelle, tandis que les versets ambiguës nécessitent l'interprétation personnelle.


Allah Tout-Puissant a accordé une récompense pour Al modj tahid (juriste) même s'il se trompe, car s'il fait un effort et se trompe, il a une récompense et son erreur n'est pas rejetée, car il a fait de son mieux et Dieu lui a donné sa récompense. La signification de la divergence des érudites dans les branches est une miséricorde, c'est-à-dire que si vous voyez dans une seule affaire de nombreuses opinions dans de nombreuses écoles de pensée pour faciliter la compréhension des rituels et des transactions, c'est une bonne chose, et chaque érudite a un argument, et l'argument peut être fort, et cela enrichit cette législation. Mais si le but de la divergence est de changer les principes de la religion et le dogme islamique, cela n'est pas du tout souhaitable. Le Prophète, que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui, a dit : "Ceux qui vous ont précédés ont été détruits en raison de leur divergence concernant le Livre" [rapporté par Muslim]. Il a également dit : "Récitez le Coran tant que vos cœurs s'accordent sur lui, mais quand vous divergez, éloignez-vous-en" [rapporté par AlBukhari et Muslim]. Il a également dit : "Ce qui a vraiment détruit ceux qui vous ont précédés, c'est leur nombre excessif de questions et leurs divergences concernant leurs prophètes" [rapporté par Muslim et An-Nasa'i].


Nous devons rapprocher les points de vue, unir les gens, les factions et les groupes, car c'est un travail dont la base est la sincérité, basé sur l'amour de Dieu Tout-Puissant et l'amour du bien pour toutes les personnes, plutôt que de semer la discorde entre les gens et les communautés, et tirer des leçons des erreurs des autres... Les injustices n'ont-elles pas commencé après la mort de notre Prophète Mohamed, que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui ? Où des apostats malveillants sont apparus, et la discorde a éclaté parmi les compagnons, qu’Allah soit satisfait d'eux, en particulier la discorde du meurtre du troisième calife, Othman ibn Affan, qu’Allah soit satisfait de lui.


En raison de l'influence des désirs de l'âme soumise au mal et des insinuations des démons et de l'occupation par les différences, les conflits et les troubles politiques, cela s'est manifesté particulièrement à l'époque omeyyade et l'apparition de trois sectes et écoles islamiques : les chiites d'Ali, les chiites de Muawiya et les Kharijites. En raison de l'expansion et de la propagation des troubles dans les autres pays islamiques, différentes sectes sont apparues, en particulier à l'époque de l'État abbasside, où de nouvelles couleurs de ces sectes ont émergé, ce qui n'a jamais été vu du temps du Prophète Mohamed (que la paix et la bénédiction soientt sur lui) ni de l'époque des califes bien guidés, des écoles juridiques, des voies soufies, des sectes doctrinales, et ensuite des partis et des associations différentes. C'est ce que nous allons essayer d'aborder brièvement dans notre série intitulée " L'émergence des écoles juridiques islamiques" dans notre magazine, et ce que nous avons mentionné aujourd'hui est un bref aperçu pour comprendre ces événements avec une objectivité totale selon les règles légales qui suivent le juste milieu et la modération, avec l'aide de notre Seigneur Tout-Puissant.



*Article paru dans le n°17 de notre magazine Iqra


 

À LIRE AUSSI : 


Comments


bottom of page