top of page

Sabil al-Imam, éclats spirituels de la semaine (n°12) - Du ciel au cœur : la transmission divine du Conan à travers les âges (2ème partie)



Deuxième partie


Dans le sillage de la lumière prophétique, nous poursuivons notre voyage à travers les époques sacrées, là où réside la splendeur du Saint Coran. Nous sommes transportés vers les temps anciens, quand la révélation divine coulait comme une source intarissable, inondant les cœurs des croyants de sa sagesse éternelle. Ici, nous plongeons dans un océan de révélation et de dévotion. Les compagnons du Prophète écrivent, mémorisent et méditent sur les enseignements sacrés, façonnant ainsi les piliers de la foi islamique.


Chaque lettre gravée sur le parchemin, chaque verset inscrit dans les annales de l'histoire, témoigne de leur engagement indéfectible envers la parole divine. Ainsi, dans les temps bénis de la prophétie, le Coran s'épanouit non seulement dans les mémoires des hommes, mais aussi dans les pages écrites de l'histoire. Des scribes dévoués immortalisent chaque révélation, conférant une tangibilité à la parole de Dieu. Cette période de révélation constante et de préservation ardente jette les bases solides pour les générations à venir, où le Coran continuera à briller comme un guide divin dans les ténèbres du monde.


Le Coran pendant la période prophétique


La garde du texte coranique a commencé dès sa descente du ciel sur le cœur du Prophète ﷺ. Il le recevait dans ses termes et ses significations. Chaque fois qu'un verset ou des versets descendaient sur lui, Allah les réunissait dans son cœur, son cœur les comprenait et sa langue s'en occupait. Il n’oubliait pas ce que son Seigneur lui faisait réciter, car Allah lui avait dit à ce sujet : "Nous allons te faire réciter (le Coran), ne l'oublie donc pas." (Sourate Al-A`la, verset 6). Ainsi, il vivifiait les nuits par la récitation de ses versets pendant la prière, au point que ses pieds nobles en étaient gonflés de rester debout longtemps, en obéissance à l'ordre de son Seigneur qui dit : "O toi, l'enveloppé (dans tes vêtements), lèvetoi (pour prier) la nuit, excepté une petite partie de celle-ci ; la moitié, ou un peu moins, ou un peu plus ; et récite le Coran lentement et clairement."(Al-Muzzammil, versets 1-4).


En outre, il y avait l'étude du Coran par l'intermédiaire de l'ange Gabriel au Prophète Mohammed ﷺ, une fois chaque année, afin que son cœur soit encore plus fermement établi, et pour que l'ange Gabriel puisse être plus rassuré quant à ce qu'il avait transmis. Lorsque la fin de le vie bénie du Prophète ﷺ approcha, l'ange Gabriel étudia le Coran avec lui deux fois. Dans le Sahih de Bukhari, Aisha, qu’Allah soit satisfait d'elle, rapporta de Fatima, qu’Allah soit satisfait d'elle, qu'elle a dit : "Le Prophète m'a confié en secret que l’ange Gabriel révisait le Coran avec lui chaque année, et qu'il l'avait révisé avec lui deux fois l'année où il est mort. Je ne le voyais pas sans que ma fin se rapproche."


Le Prophète ﷺ s'engageait lui-même dans la mission de transmettre et de protéger le noble Coran auprès des compagnons. Il récitait le Coran avec sa noble bouche et le prononçait de manière à ce que les compagnons l'entendent de leurs propres oreilles, dans la manière habituelle entre les gens, car Allah l'avait ordonné de le réciter sur eux progressivement et avec patience, en lui disant : "Et récite le Coran lentement et clairement pour qu'on puisse le comprendre." (Al-Israa, v. 106]. Ensuite, les compagnons répétaient la récitation devant le Messager d’Allah puisse le comprendre." (Al-Israa, v. 106].


Ensuite, les compagnons répétaient la récitation devant le Messager d’Allah ﷺ alors qu'il écoutait attentivement de ses nobles oreilles. Il les corrigeait ou les guidait, comme mentionné dans le verset : "Ô Messager, transmets ce qui t'a été descendu de la part de ton Seigneur..." (Al-Ma'ida, v. 67). Puis il demandait à ceux présents qui savaient écrire, à cette époque, ceux qui savaient écrire étaient peu nombreux - d'écrire devant lui.


C'est ainsi que la transcription du noble Coran a commencé dès sa révélation. Dès qu'un passage du Coran était révélé, le Prophète ﷺ appelait ceux qui savaient écrire parmi les scribes présents pour le transcrire en sa présence, tandis que l’ange Gabriel était là pour corriger toute erreur. Comme mentionné dans le verset : "Et si [Muhammad] avait forgé quelques paroles et Nous lui avions imputé [à tort], Nous l'aurions saisi vigoureusement de la main droite; puis Nous lui aurions certes coupé l'aorte" (Al-Haqqah, v. 44-46). "Nous l'aurions saisi vigoureusement de la main droite" signifie que nous l'aurions arrêté immédiatement, "puis Nous lui aurions certes coupé l'aorte" signifie que nous l'aurions éteint immédiatement. alors qu'il écoutait attentivement de ses nobles oreilles. Il les corrigeait ou les guidait, comme mentionné dans le verset : "Ô Messager, transmets ce qui t'a été descendu de la part de ton Seigneur..." (Al-Ma'ida, v. 67). Puis il demandait à ceux présents qui savaient écrire - et à cette époque, ceux qui savaient écrire étaient peu nombreux - d'écrire devant lui. C'est ainsi que la transcription du noble Coran a commencé dès sa révélation. Dès qu'un passage du Coran était révélé, le Prophète ﷺ appelait ceux qui savaient écrire parmi les scribes présents pour le transcrire en sa présence, tandis que l’ange Gabriel était là pour corriger toute erreur. Comme mentionné dans le verset : "Et si [Muhammad] avait forgé quelques paroles et Nous lui avions imputé [à tort], Nous l'aurions saisi vigoureusement de la main droite; puis Nous lui aurions certes coupé l'aorte" (Al-Haqqah, v. 44-46). "Nous l'aurions saisi vigoureusement de la main droite" signifie que nous l'aurions arrêté immédiatement, "puis Nous lui aurions certes coupé l'aorte" signifie que nous l'aurions éteint immédiatement.


Ainsi, il est évident que la protection du Coran se fait dans les cieux et sur terre. Dans les cieux, comme indiqué par la parole des djinns : "Nous avons en effet tenté d'atteindre le ciel [pour écouter], mais nous l'avons trouvé rempli d'une forte garde et de bolides. Nous y prenions place pour écouter. Mais quiconque écoute maintenant trouve un bolide en embuscade pour lui." (Al-Jinn, v. 8-9). Et sur terre, par la présence de l'ange Gabriel, comme indiqué par la parole d’Allah: "Et si [Muhammad] avait forgé quelques paroles et Nous lui avions imputé [à tort], Nous l'aurions saisi vigoureusement de la main droite; puis Nous lui aurions certes coupé l'aorte." (Al-Haqqah, v. 44-46). Une fois la session terminée et que le Prophète ﷺ se levait, lui et l'ange Gabriel étaient satisfaits de ce que ses compagnons avaient écrit en leur présence.


Les preuves de l'attention accordée au Noble Coran en matière de mémorisation, de réflexion et d'application sont nombreuses. Parmi elles, ce que rapporte Al-Bukhari d'après Abdullah ibn Mas'oud, qu'Allah soit satisfait de lui, lorsqu'il dit : "Par Allah, j'ai mémorisé soixante-dix sourates du Messager d'Allah." Dans une autre narration, il a dit : "Nous étions avec le Messager d'Allah, et les Sourates nous étaient révélées, et nous les entendions de sa bouche." De même, Muslim a rapporté d'Ibn Abbas, qu'Allah soit satisfait deux, que le Messager d'Allah, que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur lui, nous enseignait le Tashahhud de la même manière qu'il nous enseignait une Sourate du Coran. Dans une autre narration : "Comme il nous enseignait le Coran.". Al-Tabari rapporte d'Abu Abdurrahman al-Sulami qui dit : "Ceux qui nous enseignaient disaient : Nous apprenons du Prophète, que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui. Ainsi, lorsque nous apprenions dix versets, nous ne passons pas à autre chose avant de comprendre leur signification et de mettre en pratique ce qui est en eux. Ainsi, nous apprenions le Coran et ses actions en même temps".


Cela a conduit à une multiplication des mémorisateurs à l'époque du Prophète Mohamed ﷺ . Ils lui présentaient le Coran et le lui lisaient. Ibn Mas'oud, qu'Allah soit satisfait de lui, a dit : "Le Prophète m'a dit : Lis pour moi." J'ai dit : "Dois-je lire pour toi alors que c'est à toi qu'il a été révélé ?" Il a dit : "Certes, j'aime l'entendre de quelqu'un d'autre." J'ai donc lu pour lui la Sourate An-Nisa jusqu'à ce que j'atteigne le verset : "Comment sera-t-il quand Nous amènerons de chaque communauté un témoin et que Nous te ferons venir comme témoin sur ceux-ci ?" (Sourate An-Nisa, v. 41). Il a dit : "Arrête." Et ses yeux se sont mis à pleurer."


Sa mosquée était remplie de la récitation du Coran, et les voix des mémorisateurs résonnaient. Le Messager d'Allah ﷺ leur a alors ordonné de baisser leurs voix pour ne pas se perturber.


Chaque mémorisateur du Coran diffusait ce qu'il avait appris et l'enseignait aux enfants, aux jeunes et à ceux qui n'avaient pas été témoins de la révélation. Ainsi, sa mémorisation s'est répandue parmi les hommes, les femmes et les enfants. La meilleure preuve de l'abondance des mémorisateurs à l'époque du Prophète, que la paix et les bénédictions d’Alah soient sur lui, est qu'à "Bi'r Ma'unah" - connue sous le nom de " Sariyat al-Qurra' " - soixante-dix hommes furent tués. De même, lors de la bataille de Yamama à l'époque d'Abu Bakr as-Siddiq, qu'Allah soit satisfait de lui, soixante-dix récitants furent tués. Le Prophète ﷺ ne s’est pas contenté de mémoriser le Noble Coran, de le réciter à ses compagnons et de les encourager à l'apprendre et à l'enseigner. Il a également ordonné sa préservation par écrit. Ainsi, chaque fois qu'une partie lui était révélée, il appelait les scribes pour qu'ils la notent. C'est ainsi que l'ensemble du Coran a été écrit pendant son temps, sur son ordre et sous sa supervision.


Les preuves de l'attention portée au Noble Coran, que ce soit en le mémorisant, en le méditant ou en le mettant en pratique, sont nombreuses. Parmi celles-ci, nous pouvons citer :


  • Le verset coranique : "C'est un Livre dont il ne peut être de doute" (Sourate Al-Baqara, v. 2). Le terme "Livres" indique que le Coran est écrit. En fait, l'écriture est une caractéristique intrinsèque du Noble Coran, comme le souligne également le verset : "Un Messager, envoyé de la part d’Allah, qui récite des feuillets purs où se trouvent des prescriptions explicites." (Al- Bayyina, v. 2-3).

De nombreux hadiths authentiques témoignent de l'existence écrite du Noble Coran à l'époque du Prophète Mohamed ﷺ.


  • Le hadith rapporté par Malik, Ad-Darimi, et Abou Oubayd dans la lettre d'Amr ibn Hazm : "Le Coran ne doit pas être touché sans être pur."

  • Le hadith rapporté par Muslim d'après Abu Sa'id Al-Khudri, qu’allah soit satisfait de lui, où le Prophète Mohamed ﷺ dit : "Ne prenez pas de notes à partir de moi. Celui qui écrit autre chose que le Coran, qu'il l'efface."

  • " Le hadith rapporté par Ibn Abi Dawud où Zayd ibn Thabit qu’Allah les agrès dit : "J'étais le voisin du Messager d’Allah, que la paix et les bénédictions soient sur lui. Lorsque la révélation descendait, il m'envoyait chercher et je l'écrivais."

  • " Le hadith rapporté par Al-Imam Ahmad, At-Tirmidhi, Abou Dawud et Al-Hakim, d'après Abdullah ibn Abbas, d'après Uthman ibn Affan, qu’Allah soit satisfait d'eux, où il est rapporté que le Prophète Mohamed ﷺ recevait des versets coraniques à des moments différents et les répartissait dans les sourates correspondantes.

  • At-Tabarani rapporte que Zayd ibn Thabit, qu'Allah l'agrée a dit : "J'écrivais la révélation en présence du Prophète Mohamed ﷺ et lorsqu'il avait fini, il me disait de la lire. Si j'avais omis quelque chose, il me le faisait corriger".


Les scribes de la révélation écrivaient le Coran sur divers supports disponibles à leur époque. Ils utilisaient des "riqa’", des morceaux de peau, de tissu ou d'autres matériaux, qui étaient largement utilisés pour transcrire la révélation, comme l'a rapporté Zayd ibn Thabit : "Nous compilions le Coran à partir des riqa’". Ils écrivaient également sur les "aktaf", les os larges des épaules des animaux, sur les "’usub", des fibres de palmier dont le bord était gratté pour écrire, Ils écrivaient également sur les "likhaf", des plaques de pierre, et sur les "aqtab", des morceaux de bois placés sur le dos des chameaux pour que les gens s'assoient dessus. Zayd ibn Thabit qu’Allah l’agrée a déclaré dans un récit rapporté par Ibn Abi Dawud :"J'ai rassemblé tout le Coran à partir des os des épaules, des morceaux de bois et des fibres de palmier."


Le Noble Coran a été entièrement écrit du vivant du Prophète et à sa direction, par des scribes spécialisés. Pendant cette période, il n'a pas été compilé dans un seul volume pour éviter toute modification constante. De plus, comme la révélation continuait à être descendue régulièrement, il n'était pas logique de fixer un ordre de versets basé sur leur révélation, car l'ordre dans lequel les versets et les sourates du Coran sont disposés n'était pas basé sur l'ordre de révélation, mais plutôt sur l'ordre prévu dans la Tablette préservée, que le Prophète avait reçue de l'ange Gabriel. Si le Coran avait été compilé selon l'ordre de révélation, cela aurait entraîné des incohérences et des chevauchements entre les versets et les sourates, ce qui aurait compromis son caractère miraculeux. De plus, à l'époque du Prophète , les musulmans étaient en sécurité et bénéficiaient de sa présence et de sa guidance directe, contrairement à l'époque d'Abu Bakr As-Siddiq, où des hafiz ont été tués, suscitant ainsi des inquiétudes quant à la préservation du Coran. Et la période entre la dernière révélation du Coran et la mort du Prophète était très courte, ce qui ne permettait pas de réunir le Coran dans un seul volume.



 

À LIRE AUSSI :


Comments


bottom of page