top of page

Le Hadith de la semaine (n°15) - Les mois sacrés



D'après Abou Bakra (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la Prière d'Allah et Son Salut soient sur lui) a dit : 

« Certes, le temps est revenu comme le jour où Allah a créé les cieux et la terre. L'année est composée de douze mois, dont quatre sont sacrés, trois sont à la suite : Dhoul Qa'da, Dhoul Hijjah, Mouharam et Rajab Moudar, qui est entre Joumada et Cha'ban. » 

rapporté par Al-Boukhari n°4662 et Mouslim n°1679

Le Prophète (que la Paix et les Bénédictions d'Allah soient sur lui) a partagé à plusieurs reprises, notamment lors de son pèlerinage d'adieu et dans ses recommandations universelles à sa communauté, de nombreux commandements, interdictions et conseils.


Dans ce hadith, Abou Bakra (qu'Allah soit satisfait de lui) relate une parole du Prophète (que la Paix et les Bénédictions d'Allah soient sur lui) prononcée le jour du sacrifice, lors de son pèlerinage d'adieu, la dixième année de l'Hégire : "Le temps a tourné comme le jour où Allah a créé les cieux et la terre." Cette déclaration évoque le retour cyclique du temps à son état d'origine, tel qu'établi par Allah lors de la création du cosmos. Les Arabes avaient pour coutume de décaler le mois de Mouharam pour y mener des batailles jusqu'à ce qu'il englobe tous les mois de l'année. Cette année-là, le mois était revenu à son moment approprié.


Allah a créé l'année avec douze mois, dont quatre sont sacrés : Dhoul Qa'da,  Dhoul  Hijjah, Mouharam et Rajab Moudar. Ce dernier est associé à la tribu de Moudar, qui respectait particulièrement sa sacralité. L'expression "entre Joumada et Cha'ban" précise le mois de Rajab.


Ensuite, le Prophète (que la Paix et les Bénédictions d'Allah soient sur lui) a demandé à son auditoire quel mois, quelle ville, et quel jour il était. À chaque réponse, ils disaient : "Allah et Son messager en savent mieux", en respect de l'éthique. Ensuite, le Prophète (que la Paix et les Bénédictions d'Allah soient sur lui) a précisé que c'était Dhoul Hijja, à La Mecque, le jour du sacrifice. Il a ensuite déclaré que la vie, les biens et l'honneur sont sacrés, tout comme la sacralité de ce jour, de cette ville et de ce mois, interdisant à tout musulman de les violer.

Il a ensuite averti que les gens rencontreraient leur Seigneur et seraient interrogés sur leurs actions, soulignant ainsi l'importance de suivre ses enseignements.


Le Prophète (que la Paix et les Bénédictions d'Allah soient sur lui) a conclu son discours en demandant : "Ai-je transmis le message ?" et ils ont répondu "Oui". Alors, il a invoqué Allah pour témoigner qu'il avait transmis le message. Ce hadith confirme la légitimité des mois sacrés et l'obligation de transmettre la connaissance religieuse, tout en soulignant la permission de supporter la responsabilité religieuse avant d'atteindre la perfection de la capacité intellectuelle et la portée universelle de la connaissance religieuse.



*Article paru dans le n°19 de notre magazine Iqra



 

À LIRE AUSSI :

Comments


bottom of page