top of page

Regard fraternel (n°16) - Monseigneur Henri Teissier : artisan de la fraternité et du dialogue interreligieux



Plongeons directement dans le cœur de la vie et de l'héritage de Monseigneur Henri Teissier en commençant par la fin, là où les véritables héros de la compassion et de la spiritualité laissent leur empreinte dans le tissu même de la société. L'Algérie a perdu, le 1er décembre 2020, l'un de ses enfants les plus dévoués. Elle a pleuré sa disparition et partagé la douleur de sa famille et de ses amis. Il a vécu en défendant la foi chrétienne catholique, imprégné des valeurs nobles de l'humanité, traitant toutes les personnes, quelles que soient leurs origines, sur un pied d'égalité.

 

Comme il a su rassembler en vivant, Monseigneur Teissier a réuni musulmans et chrétiens à sa mort. Des citoyens venus de divers quartiers et villes, en particulier de Bab El-Oued, Saint-Eugène et Bologhine, qui le considéraient comme l’un des leurs, se sont joints aux chrétiens et aux fidèles de la Basilique de Notre-Dame d’Afrique. Des responsables étaient également présents pour rendre un dernier hommage à celui dont le cercueil était enveloppé du drapeau algérien.

 

Indépendamment de leur religion, tous se sont unis pour prier et honorer sa mémoire, exprimant leur profonde sympathie et leur attachement aux valeurs d’amitié et de coexistence qu’il a toujours défendues avec une détermination inébranlable. Des témoignages émouvants ont été partagés à propos de cet homme qui a refusé de quitter l’Algérie durant les heures sombres de la décennie noire. Henri Teissier est resté une référence religieuse en Algérie, appelant inlassablement à la coexistence pacifique, à l’acceptation de l’autre et au dialogue interreligieux.

 

Henri Teissier est né le 29 juillet 1929 à Lyon et a consacré sa vie au monachisme jusqu’à sa nomination en 1955. Il a été évêque d’Oran de 1972 à 1981, et puis archevêque d’Alger de 1988 à 2008. Considéré comme l’un des disciples du célèbre Numide, Saint Augustin, et de sa pensée, il est un principal précurseur du vivre-ensemble. Ses actions ressemblaient à celles de l’universel saint Augustin. Il a choisi de s'immerger totalement dans la société algérienne et de partager le même destin durant les premières années de son indépendance, qu'il soutenait, pour devenir Algérien lui-même, au lendemain de l'indépendance. Il a obtenu la nationalité algérienne en 1966.

 

Il admirait les idées de l’Émir Abdelkader, fondateur de l’État algérien, et a reçu le Prix de la paix de l’Émir Abdelkader en 2018. Il a également été à l’origine de la découverte des mémoires de l’Émir, écrites pendant son emprisonnement en France.

 

Monsieur Teissier a écrit plusieurs ouvrages qui reflètent sa profonde implication dans la promotion du dialogue et de la coexistence pacifique entre les différentes communautés religieuses en Algérie. Il suffit de les parcourir pour comprendre son engagement et ses contributions dans un contexte purement algérien.

 

Dans son livre « Chrétiens d’Algérie : un partage d’espérance », Monseigneur Teissier explique comment l’Église, à la lumière du Concile Vatican II, a élargi sa mission pour inclure non seulement les chrétiens mais aussi tous les hommes. Cet ouvrage explore l'histoire et l'expérience des chrétiens en Algérie, en mettant l'accent sur l'espoir et le dialogue interreligieux. L’auteur a abordé des points importants tels que :

 

  • Universalité de la mission : Vatican II a encouragé l’Église à chercher les frères et sœurs dans toutes les cultures et traditions, soulignant que la mission chrétienne n’est pas limitée aux seuls chrétiens mais s’étend à toute l’humanité.

 

  • Exemple des martyrs : Les dix-neuf religieux martyrisés en Algérie l’ont été par fidélité à un peuple musulman, malgré les dangers, montrant que l’amour et la mission de l’Église transcendent les frontières religieuses pour atteindre la fraternité universelle.

 

  • Partage spirituel et humanitaire : Les missionnaires ont cru en la possibilité d’un partage spirituel avec les musulmans, soulignant que le Royaume de Dieu peut être annoncé à tous, indépendamment de leur foi.

 

  • Service et solidarité : Le service des pauvres, des femmes en difficulté et des jeunes est vu comme un service au Seigneur « Prophète » Jésus, même si ces personnes sont musulmanes. Ce service est une expression de l’amour universel prôné par le christianisme.

 

  • Dialogue interreligieux : Monseigneur Teissier insiste, dans cet ouvrage, sur l’importance du dialogue interpersonnel et du partage des dons de l’Esprit entre chrétiens et musulmans. Il souligne que l’action de Dieu dépasse les frontières.

 

À travers ses ouvrages et ses conférences, il a œuvré pour le rapprochement entre les habitants des deux rives de la Méditerranée. Sa maîtrise de la langue arabe et son intérêt pour le patrimoine algérien l'ont amené à constituer une bibliothèque spécialisée, consacrée à l'histoire de l'Algérie, au dialogue interreligieux, à la figure de Saint Augustin, ainsi qu'à l'itinéraire spirituel et mystique de l'Émir Abdelkader.

 

Le 9 septembre 2020, à trois mois de son décès, il était l’invité des "Mercredis du Savoir" organisés par la Grande Mosquée de Paris. Lors de cette conférence, il a partagé son expérience et ses réflexions en tant que témoin de l’histoire de l’Algérie et artisan de la fraternité islamo-chrétienne. Il a mis en lumière les défis et les succès du dialogue interreligieux en Algérie, et a réaffirmé son engagement indéfectible pour la paix et la coexistence harmonieuse. En tant que promoteur de la paix, il a également discuté des nombreuses initiatives qu'il a soutenues pour rapprocher les communautés religieuses et culturelles, soulignant l'importance de l'éducation, de la compréhension mutuelle et du respect réciproque. Ce fut une occasion de plus pour lui de démontrer que la fraternité et la paix peuvent être cultivées même dans les contextes les plus difficiles.



*Article paru dans le n°21 de notre magazine Iqra.



 

À LIRE AUSSI :

Comentarios


bottom of page