top of page

Sabil al-Imam, éclats spirituels de la semaine (n°23) - La prière à la Grande Mosquée de Paris et la tombe de son fondateur, Si Kaddour Ben Ghabrit



Allah le Très-Haut Dit : « Et c’est ainsi que Nous avons révélé leur histoire, afin qu'ils [les habitants de la cité), sachent que la promesse d'Allah est vérité et qu'il n'y ait point de doute au sujet (de l’avènement) de l'Heure. Aussi se disputèrent-ils à leur sujet et déclarèrent-ils : « Construisez sur eux un édifice. Leur Seigneur les connaît mieux ». Mais ceux qui l'emportèrent [dans la discussion] dirent : Élevons sur eux un sanctuaire. (lieu de prosternation) [Sourate Al-Kahf, verset 21].


Allah, dans Sa grandeur, révèle l'histoire des Gens de la Caverne après leur réveil. Ayant besoin de nourriture, ils envoient l'un d'eux en ville avec instruction de rester discret et caché. Par cet événement, Allah souhaite montrer aux gens un signe de Sa puissance : la promesse divine est une vérité absolue, ce qui est devenu évident alors que les Gens de la Caverne débattaient de leur propre situation, certains confirmant la promesse divine et d'autres la rejetant. Leur récit a renforcé la foi et la certitude des croyants, et s'est dressé comme un argument contre les sceptiques. En récompense de leur épreuve, Allah a fait connaître et valorisé les Gens de la Caverne. Ceux qui ont découvert leur histoire les ont profondément respectés et ont proposé de construire un édifice pour les protéger. disant : « Construisez sur ces jeunes gens un édifice pour les protéger. »  Et ceux qui dominèrent dans leur décision, détenant une parole influente et un avis largement respecté, ont proclamé : « Nous allons construire une mosquée sur le site de ces jeunes gens », signifiant par là un lieu de culte pour honorer leur mémoire et rappeler leur histoire ainsi que les événements qu'ils ont traversés.


Cette dernière pratique est interdite, car le Prophète, (paix et bénédictions d'Allah soient sur lui), l'a proscrite et a blâmé ceux qui la pratiquent. Quant à l'opinion autorisant la construction sur les tombes des pieux et de prier dedans en se basant sur ce verset comme preuve, c'est une parole invalide et corrompue selon l'unanimité des savants, selon le consensus des savants. Car la mention de l'acte de ces gens dans cette histoire n'indique pas qu'il ne soit pas blâmable. Le contexte ici concerne l'exaltation des Gens de la Caverne et les louanges à leur égard, montrant comment ces gens en sont venus à dire : « Construisez sur eux une mosquée », Après que les Gens de la Caverne eurent exprimé leurs craintes d'être découverts par leur peuple originel et les avertirent contre leur révélation, les générations suivantes, des années plus tard, ont décidé de les vénérer et de les honorer en érigeant une mosquée sur leur site. Cependant, bien que certaines pratiques aient pu être tolérées selon les législations précédentes, elles sont catégoriquement interdites par notre propre législation. En effet, dans notre religion, il est établi que si une législation antérieure contredit la nôtre, elle est totalement ignorée. Cela s'applique notamment à la construction de mosquées sur les tombes et à la pratique de la prière en ces lieux. Ce genre de construction risque de mener à une vénération excessive de la tombe et de son occupant, en incitant progressivement à la sanctification des tombes, jusqu'à ce que le défunt devienne un objet de dévotion intense. Ce phénomène est similaire à celui des idoles qui ont fini par être adorées en dehors d'Allah, bien qu'elles fussent initialement de simples pierres. Par conséquent, ce type de construction est prohibé comme mesure préventive pour éviter la sanctification et l'adoration d'autres qu'Allah. Des instructions du Prophète (paix et bénédictions d'Allah soient sur lui) ont été transmises, interdisant de prier près des tombes et de construire des mosquées dessus, pour ces raisons. Le Prophète (paix et bénédictions d'Allah soient sur lui) a dit cinq jours avant sa mort : « ... certes, ceux qui étaient avant vous ont pris les tombes de leurs prophètes et de leurs hommes pieux pour des lieux de culte. Je vous en conjure, ne prenez pas les tombes pour des mosquées, je vous le défends explicitement. » (Rapporté par Mouslim) par crainte que sa communauté ne prenne sa tombe comme une mosquée où ils l'adoreraient en dehors d'Allah Très-Haut.


 Et il a également dit : « Ne vous asseyez pas sur les tombes et ne priez pas vers elles » (Rapporté par Mouslim). Il a dit (paix et bénédictions d'Allah soient sur lui) : « Que la malédiction d'Allah soit sur les gens qui prennent les tombes de leurs prophètes comme mosquées » (Rapporté par Ahmad et An-Nasâ'î) Il a dit : « Ô Allah, ne fais pas de ma tombe un objet d'adoration. La malédiction d'Allah soit sur ceux qui ont transformé les tombes de leurs prophètes en lieux de culte. » (Rapporté par Ahmad). Aicha (qu'Allah soit satisfait d'elle) a dit : « « Si ce n'était pour cette préoccupation, la tombe du Prophète aurait été laissée visible, mais il y avait une appréhension qu'elle ne devienne un lieu de culte.» (Rapporté par Al-Bukhari et Mouslim). Et il a dit (paix et bénédictions d'Allah soient sur lui) : « La terre entière est une mosquée, sauf les cimetières et les bains » (Rapporté par At-Tirmidhi et Abou Daoud). Il a également dit (paix et bénédictions d'Allah soient sur lui) : « Priez dans vos maisons. Ne faites pas de vos maisons des cimetières » (Rapporté par Ahmad, At-Tirmidhi et An-Nasâ'î). Par conséquent, les tombes ne sont pas des lieux appropriés pour la prière.


*


Ceci sert de préambule pour parler de la tombe de Si Kaddour Ben Ghabrit, qui a initié la construction de l'Institut Islamique de la Grande Mosquée de Paris en 1922 et en est devenu le directeur après son inauguration en 1926. Il est décédé en 1954 et a été inhumé à la Grande Mosquée de Paris. Cette explication est destinée à répondre aux questions de ceux qui ne connaissent rien sur l'emplacement, l'aspect ou l'état de sa tombe, ou pour qui certains détails concernant sa personne et la salle de prière qui rassemble les fidèles pour les cinq prières quotidiennes et autres, sont restés obscurs. Ce point est également crucial pour comprendre leur acceptation ou leur rejet des opinions des savants sur la façon de traiter les hadiths qui interdisent de faire des tombes des lieux de culte, de prier sur les tombes ou à leur proximité, que ce soit de façon isolée ou non, par nécessité ou non, avec une intention de vénération et de dévotion, et si cela est considéré comme approprié ou non etc. Cela concerne la validité des preuves issues des textes religieux et des interprétations des érudits, ainsi que leur application adaptée aux situations spécifiques selon les circonstances et les événements. Il est essentiel que la réponse (la fatwa) soit appropriée, car elle peut varier en fonction du contexte temporel, géographique, des circonstances spécifiques et des individus concernés. Cela illustre la flexibilité de la charia islamique et son adaptation appropriée à toutes les nouveautés. Et Allah, le Très-Haut, dit : « Ne dites pas, en mentant avec vos langues, "Ceci est licite et cela est illicite", afin de fabriquer des mensonges à propos d'Allah. Ceux qui fabriquent des mensonges à propos d'Allah ne prospéreront pas.' » (Sourate An-Nahl verset 116).


Ainsi nous disons, et à partir d'une série de hadiths authentiques mentionnés précédemment, l'expression « faire des tombes des mosquées » revêt plusieurs significations, dont :


1. Prier sur la tombe en vénération de son occupant ou en adoration de celui-ci : Ceci est corroboré par les dires du Prophète (que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur lui) qui a dit : « Ne priez pas en direction des tombes, et ne priez pas sur elles », tout en interdisant de construire sur les tombes, de s'asseoir dessus, ou de prier en leur direction.


2. Faire face à la tombe en priant, comme si on priait en sa direction : Ceci est confirmé par la directive formelle du Prophète (que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur lui) qui stipule : « Ne vous asseyez pas sur les tombes et ne dirigez pas vos prières vers elles ». Cette interdiction est renforcée par la compréhension des compagnons, comme en témoigne le hadith d'Anas ibn Malik selon lequel Omar ibn al-Khattab (qu'Allah soit satisfait de lui) l'a vu prier près d'une tombe et lui a dit : « La tombe, la tombe », alors Anas a levé les yeux vers le ciel pensant qu'il parlait de la lune (Al Kamar) rapporté par Al-Bukhari. De plus, dans les compilations d'Abd al-Razzaq, une autre narration authentique ajoute : « Je dis seulement "tombe", ne dirigez pas vos prières vers elle ».


3. Construire une mosquée sur la tombe : Cette pratique est explicitement interdite par le Prophète (que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur lui), comme le rapporte l'Imam Mouslim. Il a interdit de niveler une tombe, de s'asseoir dessus, ou de construire quoi que ce soit au-dessus. Aicha (qu'Allah soit satisfait d'elle) a également témoigné en disant : « Si ce n'était pas par crainte que sa tombe devienne un objet d'adoration, elle aurait été rendue plus visible. » Ce récit est rapporté à la fois par Al-Bukhari et Mouslim.


Il existe deux types de mosquées contenant des tombes :


Le premier type : correspond aux mosquées construites initialement en l'honneur du défunt enterré en leur sein, avec pour objectif de faciliter les visites à sa tombe, les prières pour lui et le tawaf autour de celle-ci. Ces mosquées ne conviennent pas pour la prière régulière, même si cela implique de délaisser la prière en groupe. En effet, elles n'ont pas été établies dans un esprit de piété, critère essentiel à la fondation des lieux destinés à l'observance des prescriptions d’Allah. Par conséquent, elles ne comptent pas parmi les maisons d’Allah qu’Il a autorisées à être érigées pour la mention de Son nom. Allah a adressé ces mots à Son prophète concernant la mosquée de Dhirar et d'autres similaires, ainsi que sa propre mosquée : « Tu ne devrais jamais y prier, car une mosquée établie sur les fondements de la piété dès son premier jour est bien plus méritoire pour y accomplir tes prières. » (Sourate At-Tawba verset 108).


Le deuxième type : Il s'agit de mosquées construites pour l'accomplissement des cinq prières obligatoires et des prières en congrégation. Par la suite, un homme pieux y a été enterré. Ces mosquées conservent leur sacralité, comme toutes les autres mosquées des musulmans. Il n'y a aucune objection à y prier car elles ont été établies pour observer les prescriptions d'Allah, et Allah a permis qu'on y invoque Son nom. Les innovations apportées par certaines personnes dans ces mosquées ne constituent pas un obstacle à la prière ou à toute autre forme de culte.


Un exemple qui confirme cela est ce que l'on sait de la vie du Prophète, que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur lui, avant et après l'Hégire, de ses prières dans la Mosquée sacrée et de ses circumambulations autour de la Kaaba, malgré la présence d'idoles dans la mosquée. Cela inclut ses prières et circumambulations lors de l'Omra d'adieu, pendant son séjour à La Mecque. Ibn Kathir a mentionné ce raisonnement dans son livre "Al-Ahkam Al-Kubra" en disant : « Les prières et les salutations d’Allah étaient adressées près de la Kaaba avant l'Hégire, et il la plaçait devant lui, tourné vers Jérusalem. Il y avait beaucoup d'idoles autour d'elle, on disait qu'il y en avait trois cent soixante ». Ceci est un rappel important : le fait est que la Kaaba a été initialement érigée au nom d’Allah seul, sans associé, comme Allah l'a dit : « Et lorsque Nous avons assigné à Abraham le lieu de la Maison [La Kaaba], [en lui disant]: 'N'associe rien à Moi » (Sourate Al-Hajj : 26) Et de même, la Maison sacrée a été érigée quarante ans plus tard, comme il est authentiquement rapporté dans les deux recueils de hadiths par Abou Dhar. Il a également dit : "Ce qui est visé ici est que tout lieu d’adoration initialement établi sur le monothéisme, la prière en est permise, et ce qu'il contient de choses détestables est négligé, car le croyant ne s'en préoccupe pas. Son intention est simplement de prier dans ce lieu d’adoration légalement établi pour cela. Quant à ce qui a été initialement établi dans l'association [au polythéisme] ... dans ce cas, la prière n'est pas autorisée, et l’adoration n'est pas tenu, comme Allah Dit : « Jamais tu ne devrais y prier, car une mosquée fondée sur la piété dès le premier jour est plus digne pour que tu y pries »(Sourate At-Tawba verset 108).


Pour ceux qui souhaitent approfondir les opinions des érudits des différentes écoles juridiques et les détails de leurs divergences concernant la prière dans les tombes, entre ceux qui la prohibent et ceux qui l'autorisent, ils se retrouveront immergés dans ces considérations juridiques, les appliquant à la tombe présente dans la salle de prière où les gens prient. Ils devront tenir compte de sa visibilité pour les gens ou de son absence, ainsi que de son emplacement, s'il est face à la qibla de la mosquée. Ils conseillent la prudence à cet égard afin d'éviter que la tombe soit directement confrontée à la divergence qui existe entre eux concernant la validité ou non de la prière. Si la tombe est à droite ou à gauche de la mosquée, c'est-à-dire à droite ou à gauche des fidèles, alors la prière est valide et cela ne leur nuit en rien, car ils n'orientent pas leur prière vers la tombe, évitant ainsi toute suspicion d'adoration ou de vénération. Et ainsi de suite pour d'autres détails pour lesquels il n'est pas opportun de les mentionner.



Si Kaddour Ben Ghabrit, fondateur de l'Institut musulman de la Grande Mosquée de Paris, y fut enterré en 1954, après son inauguration, soit 28 ans après sa construction en 1926. Cela signifie que la mosquée a été d'abord construite, puis sa tombe y a été placée.


Cette tombe ne se trouve pas dans la salle de prière, ni en direction de la qibla, ni à droite, ni à gauche, ni derrière, ni à côté de la salle de prière dans toutes ses directions. Elle est séparée de celle-ci, à plusieurs dizaines de mètres, entourée par des murs, des jardins. En fait, la plupart des fidèles ne sont même pas conscients de son existence, encore moins de son emplacement précis, surtout parce qu'elle est située trois mètres en dessous du niveau du sol de la salle de prière, et même plus d'un mètre et demi en dessous du niveau de petit couloir où les gens prient - ce qui est une nécessité les jours de vendredi et des Aïds en raison de l'affluence dans la salle de prière. Cette profondeur élimine toute ambiguïté concernant sa vénération ou son adoration, car ce qui est vénéré ou adoré doit être à la hauteur du visage du dévot ou plus élevé que lui. Or, la tombe d'Ibn Ghabrit est en dessous du niveau où se prosternent les fidèles. De plus, cette tombe n'a pas été construite, elle est simplement exposée en plein air, sous le ciel, comme d'autres tombes.


Ainsi, la Grande Mosquée de Paris n'a pas été fondée initialement pour vénérer le propriétaire de la tombe, pour qu'elle soit visitée, priée à, ou circumambulée, ni de près ni de loin. Elle a été établie pour la prière régulière, les cinq prières quotidiennes, et pour les rassemblements collectifs. Ensuite, son fondateur, Si Kaddour Ben Ghabrit, y a été enterré. Il est également à noter que cette tombe est très éloignée de la qibla, et qu'il y a des dizaines de mètres entre elle et la salle de prière, séparés par des murs.


Ainsi, toutes les déclarations des érudits sur la signification de « prendre les tombes comme lieux de culte », comme rapporté dans les hadiths du Prophète (que la paix et la bénédiction soient sur lui), sont inapplicables au cas de la tombe de Si Kaddour Ben Ghabrit, située à l'extrémité est des installations de la Grande Mosquée de Paris. Par conséquent, la prière dans cette mosquée est parfaitement valide, et louange à Allah.




*Article paru dans le n°23 de notre magazine Iqra.



 

À LIRE AUSSI : 

Comments


bottom of page