top of page

Le Hadith de la semaine (n°16) - L'empressement à accomplir le Hajj pour ceux qui en ont la capacité



Selon Ibn Abbas (qu'Allah soit satisfait de lui et de son père), le Messager d'Allah (Paix et Bénédictions d'Allah soient sur lui) a dit :


« Celui qui désire accomplir le Hadj

s’empresse de le faire, car il peut tomber malade,

être exposé à la pauvreté, ou perdre sa monture »

Rapporté par Ibn Majah


Et dans une autre narration :


« Hâtez-vous d’accomplir le pèlerinage,

car nul d’entre vous ne sait ce qui pourrait lui arriver. »

Rapporté par Ahmad


Dans ses hadiths, le Prophète Mohamed (Paix et Bénédictions d'Allah soient sur lui) exhorte les membres de sa communauté à s'empresser d'accomplir le Hajj, de peur que des obstacles ne surviennent et ne les empêchent de le faire, comme la maladie, des emplois du temps chargés, ou l'insécurité des routes. Ces hadiths sont des preuves sur lesquelles s’appuient les érudits qui soutiennent que le Hajj doit être accompli dès que possible. Cet avis est aussi partagé par les imams Abou Hanîfa et Ahmad, que la Miséricorde d'Allah soit sur eux, et il est étayé par les versets coraniques tels que « Et c'est un devoir envers Allah, pour les gens qui ont les moyens, d'aller faire le pèlerinage de la Maison ». (Al- Imran : 97) et par les paroles du Prophète Mohamed (Paix et Bénédictions d'Allah soient sur lui) : « Ô gens, Allah vous a commandé d’accomplir le Hajj, alors accomplissez le ! » (Mouslim). Ces ordres émanent d'Allah et de Son Messager, et la règle fondamentale concernant un ordre, est qu'il exprime une obligation immédiate.


En outre, retarder l'accomplissement des bonnes actions, va à l'encontre des caractéristiques des pieux, et désobéit à l'ordre d'Allah, donné à Ses serviteurs pieux, de se hâter dans l'accomplissement des bonnes œuvres. Quant à ceux qui soutiennent que le Hajj peut être accompli à tout moment, ils se trompent Le Prophète Mohamed (Paix et Bénédictions d'Allah soient sur lui) n'a pas effectué le Hajj lors de la sixième année de l'Hégire, mais lors de la neuvième année, et ce, pour des raisons stratégiques et religieuses. Il a ensuite ordonné que le Hajj soit exclusivement réservé aux musulmans après cette année-là. Cette prescription du Hajj était opportune, comme l'explique le grand savant Cheikh Ibn ‘Uthaymîn, qu'Allah lui fasse miséricorde. Le retard du Hajj jusqu'à la neuvième année était donc délibéré et conforme à la sagesse divine...



*Article paru dans le n°20 de notre magazine Iqra



 

À LIRE AUSSI :

Comments


bottom of page