top of page

Focus sur une actualité (n°18) - Dix ans après : le souffle persistant de la paix



Au cœur des jardins du Vatican, sous le regard écrasant du soleil romain, un olivier trône, symbole vivant d'une aspiration profonde, d'un rêve de paix entrelacé dans les racines de l'histoire. C'était il y a presque une décennie, un moment gravé dans les annales de l'espérance, où deux hommes, Shimon Peres et Mahmoud Abbas, se sont unis dans une prière pour la paix, sous l'égide du Pape François.


Le 7 juin dernier, dans un rituel de commémoration empreint de solennité, le Saint-Père s'est retrouvé face à une assemblée éminente, un cortège d'ambassadeurs et de cardinaux formant une haie d'honneur aboutissant à cet olivier qui demeure, malgré le passage des ans, un témoin de l'aspiration humaine à la concorde. Dans ses paroles, empreintes de gravité et d'espoir, le Pape François a de nouveau élevé sa voix, dénonçant les fracas de la guerre et appelant à la résonance pacifique des cœurs.


Le gouvernement israélien, pourtant, fait écho à un refrain de discorde, reprochant au Pontife son plaidoyer quotidien en faveur de la paroisse catholique de Gaza. Un débat subtil, entre les affres du conflit et les aspirations à l'unité, se joue dans les coulisses du Vatican, où chaque geste, chaque parole, porte le poids des espoirs et des désaccords.


Mais dans cette cérémonie de mémoire, dans cet élan vers la paix, des voix s'élèvent, réaffirmant la force de l'espérance. Des représentants de la communauté juive, de la Grande Mosquée de Rome, unissent leurs gestes à celui du Pape, arrosant symboliquement l'olivier, geste humble mais chargé de signification, face au drame persistant en Terre sainte.


Le dialogue, la compréhension, semblent être les seuls remèdes à une plaie ouverte depuis trop longtemps. Le Saint-Siège tend la main à toutes les parties, dans l'espoir d'un élan vers la réconciliation. Des négociations, des conférences, des appels pressants à l'action internationale, tout est mis en œuvre pour que cette aspiration à la paix ne reste pas lettre morte.


Alors que le monde retient son souffle, que les négociations se poursuivent, que les voix de l'espoir résonnent toujours plus fort, le Pape François, tel un phare dans la tourmente, appelle inlassablement à la fin des hostilités, à la libération des otages, à l'acheminement urgent de l'aide humanitaire vers ceux qui en ont désespérément besoin.


Dans l'ombre des conflits, dans la lumière vacillante de l'espoir, l'olivier du Vatican demeure, témoin silencieux, et pourtant vibrant, de l'aspiration humaine à la paix. Et dans chaque geste, dans chaque parole, réside l'écho persistant d'une vérité universelle : comme l'olivier, la paix persiste, résiliente face aux tempêtes de l'histoire humaine.

 

*Article paru dans le n°23 de notre magazine Iqra.



 

À LIRE AUSSI :

Focus sur une actualité de l'islam et des musulmans ( n°12) - Rapatriez nos filles


Comments


bottom of page